Connect with us

Musique

La chanson du jour : "N'oubliez jamais" de Joe Cocker

Publié

le

Joe Cocker, un personnage à part dans le monde du Blues. Par sa voix d’abord, exceptionnelle, et son attitude sur scène. Mimant la gestuelle de Ray Charles à ses débuts, celui qui était caché par ses choristes pour ne pas que l’Amérique ne s’offusque face aux soubresauts tétaniques de l’artiste est devenu une légende, non sans avoir bien galéré avant de connaître la gloire. Celle-ci est arrivée en 1969 lorsque Joe Cocker décide, sur les conseils du producteur Denny Cordell, de reprendre « With a little help from my friends » des Beatles. Il enregistrera l’album juste derrière, accompagné d’un certain Jimmy Page, de Stevie Winwood et Albert Lee.
joe cocker the supermat wikimedia 2013 - Vintage

Joe Cocker sur scène. crédit photo : Thesupermat© – Wikimedia.

Des percussions au chant

Joe Cocker est né le 20 mai 1944 dans une ville minière du nord de l’Angleterre. A 13 ans il commence à jouer de la batterie, puis de l’harmonica. A 16 ans il monte son premier groupe : « Les cavaliers », dans lequel il joue de l’harmonica et de la batterie. Deux ans après, le groupe devient « Vance Arnold and the avengers » ; Vance étant un personnage joué par Elvis Presley, Arnold est le nom du chanteur de Country Eddie Arnold. Il décide de prendre le micro et révèle une voix exceptionnelle, railleuse et chaude, celle d’un écorché.

Le petit Ray Charles

Il tourne avec un groupe qui s’appelle « The Rolling Stones », pas mal pour un début. En France, le public l’appelle « le petit Ray Charles » pendant que la révolution sexuelle bat son plein. Après un premier 45 tours pressé en 1963 : « I’ll cry instead » écrit par John Lennon et Paul McCartney, il monte le « Grease Band« , puis le « Joe Cocker’s big Blues band » pour sortir enfin le 45 tours qui le fera connaître du public anglais : « Marjorie« .

La consécration à Woodstock

17 août 1969, une date particulière pour le futur compositeur du méga-tube « You can live your hat on » qui figurera sur la B.O du film « 9 semaines et demi » (avec Kim Basinger et Mickey Rourke) : le Festival de Woodstock, premier du nom, où il chantera devant 450 000 personnes. La consécration et le début d’une longue carrière. L’année suivante, il crée un nouveau groupe qui ne réunit pas moins de 42 musiciens et chanteurs ! C’est le « Mad dogs and Englishmen« .

La descente

Joe Cocker vient de passer la barre des 3 millions d’albums vendus, schéma assez classique il se tourne vers la bouteille, puis la drogue. S’ensuit une descente aux enfers, puis le renouveau, grâce à sa future femme qu’il rencontre en 1980. Il effectue un come-back remarquable avec le génial « Sheffield Steel » en référence à la ville sidérurgique du nord de la Grande-Bretagne : Sheffield. Il ouvre Woodstock en 1994 ,remonte sur scène et explose à nouveau dans les charts.

Jeunesse et rébellion

La chanson « N’oubliez jamais » a été écrite en 1997, elle est extraite de l’album « Across from midnight » et parle de la rébellion liée à la jeunesse, aux premières amours et aux beaux moments de la vie, qu’il ne faut pas oublier. Le clip a été tourné en 1997 à Paris, avec l’actrice Catherine Deneuve.

Crédit photo : Thesupermat© Wikimedia

article mis à jour le 12 juin 2018

 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance