Connect with us

Actu Vintage

Pourquoi fermer les bouquinistes de Paris, ces gardiens de l’histoire et trésors de la culture vintage ?

Publié

le

paris 75005 quai de montebello bouquinistes - Vintage

Dans le cadre des Jeux Olympiques qui se dérouleront à Paris du 26 juillet au 11 août 2024 et sur décision de la Préfecture de Police et de la mairie de Paris, les boxes des bouquinistes de Paris vont être démontées et retirées. Une décision surprenante quand on sait que les bouquinistes font partie du patrimoine culturel de la ville, véritables gardiens vintages du savoir et de l’information d’antan.

588 boîtes à retirer

Par un courrier envoyé aux bouquinistes parisiens en juillet dernier, la préfecture de police de Paris a assommé la profession installée dans la capitale depuis 450 ans. Ils devront démonter et retirer leurs boîtes (588 au total) parce qu’ils sont situés dans le périmètre de sécurité de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques 2024.

Qui va retirer les boîtes ? Y aura-t-il un dédommagement de la mairie de Paris ? Pour quelle durée ce retrait se fera-t-il ? Autant de questions qui restent encore sans réponses à ce jour. Toujours est-il que cette décision est une véritable douche froide pour les bouquinistes, d’autant que leur présence fait partie du paysage parisien, participant au charme de la capitale et que leur fermeture va forcément provoquer un manque à gagner pour les 140 bouquinistes concernés.

Un pan essentiel du paysage parisien

Les ruelles pavées de Paris sont jonchées de témoignages vivants du passé de la Ville Lumière, et parmi les joyaux les plus précieux se trouvent les bouquinistes. Ces vendeurs de livres d’occasion, éparpillés le long des quais de la Seine, forment un pan essentiel du paysage parisien depuis des décennies. Leurs étals de livres anciens et vintage sont bien plus que de simples marchés – ils sont les gardiens d’une histoire littéraire riche et les ambassadeurs d’une culture vintage qui continue de fasciner et d’inspirer.

Origines historiques des bouquinistes

Les origines des bouquinistes remontent au 16e siècle, mais c’est au 19e siècle que cette tradition a pris son essor à Paris. À l’époque, les bouquinistes tiraient profit de la proximité des universités et des bibliothèques pour vendre des livres d’occasion aux étudiants et aux chercheurs. Les bords de la Seine sont vite devenus leur terrain de jeu, où ils déployaient leurs étals de livres anciens, de revues, de gravures et de cartes postales.

Boîte verte de bouquiniste à Paris sur le quai de Montebello à Paris dans le 5ème arrondissement

Boîte de bouquiniste fermée sur le quai de Montebello à Paris 5ème. Crédit photo : Acscosta©-Wikimedia

Un rôle culturel majeur

Les bouquinistes ont évolué au fil des siècles, passant d’une simple activité commerciale à un véritable rôle culturel. Les quais de la Seine se sont transformés en une bibliothèque à ciel ouvert, où les flâneurs, les étudiants, les touristes et les passionnés de littérature pouvaient découvrir des trésors littéraires rares et oubliés. Ces étals offraient non seulement une opportunité d’achat, mais aussi un voyage dans le temps à travers les pages jaunies de vieux livres ou magazines anciens.

La culture vintage à l’honneur

Les bouquinistes sont devenus des archivistes informels de la culture vintage. Leurs étagères regorgent de romans, de revues, de journaux et de publications d’époque, témoins d’un passé révolu. Ces objets réveillent la nostalgie et permettent aux amoureux du passé de se plonger dans les modes de vie, les idées et les esthétiques qui ont marqué les décennies passées. Les couvertures illustrées, les typographies anciennes et les récits empreints de l’atmosphère de l’époque transportent les lecteurs dans une ère lointaine.

Le mariage de la tradition et du moderne

Bien que les bouquinistes soient ancrés dans le passé, ils ont su s’adapter à l’ère numérique pour préserver leur pertinence. Certains d’entre eux ont créé des boutiques en ligne pour toucher un public mondial, tandis que d’autres partagent leur amour pour les livres et la culture vintage sur les réseaux sociaux. Cette combinaison de tradition et de modernité a permis aux bouquinistes de rester pertinents tout en continuant à célébrer le charme intemporel des livres et de la culture rétro.

Un patrimoine culturel préservé

Les bouquinistes de Paris ne sont pas seulement des vendeurs, mais aussi des gardiens du patrimoine culturel de la ville. Leur présence le long des quais de la Seine contribue à maintenir une atmosphère unique et à préserver un héritage qui remonte à des siècles. Ils font partie intégrante de l’identité parisienne et sont une attraction incontournable pour les visiteurs du monde entier.

Leur demander de fermer pour les Jeux Olympiques revient par conséquent à amputer Paris d’une caractéristique principale, au même titre que les terrasses de bistrots, les colonnes Morris ou les kiosques à journaux !

L’esprit de la capitale

En somme, les bouquinistes de Paris incarnent l’esprit de la capitale française en tant que berceau de la littérature et de la culture. Leur rôle de gardiens de l’histoire et de la culture vintage est essentiel pour préserver le lien entre le passé et le présent, tout en inspirant les générations futures à explorer les trésors cachés des époques passées. Que ce soit pour les passionnés de littérature, les amateurs d’histoire ou les curieux de tous horizons, les bouquinistes de Paris continueront à illuminer les quais de la Seine et à insuffler vie et charme à la culture vintage.

Crédit photo de “UNE” : Benh Lieu Song©-Wikimedia
 
1 commentaire

1 commentaire

  1. Franck

    23/08/2023 at 12h04

    Hello
    Comment c est possible de prendre autant de mauvaos choix ?
    Anne Hidalgo est vraiement une championne

    Apres si cest une question de securite il faut nettoyer paris des pickpockets roumains et albanais… si rien nest fait ca sera une catastrophe poue l image de Paris, une fois de plus !

     

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance