Connect with us

A la Une

Le 11 février 1950, le SMIG était instauré en France

Publié

le

ouvriere usine - Vintage

Depuis sa création par la loi du 11 février 1950 en France, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) a évolué pour devenir le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) en 1970. Cette mesure législative a été un jalon majeur dans l’histoire sociale du pays, visant à garantir un niveau de rémunération décent pour tous les travailleurs, quel que soit leur secteur d’activité. Mais pourquoi cette loi a-t-elle été mise en place et quelles sont ses implications ?

La genèse du SMIC

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France était confrontée à des défis économiques et sociaux considérables. La reconstruction du pays et la nécessité de promouvoir la croissance économique tout en assurant la justice sociale étaient au cœur des préoccupations. Dans ce contexte, la loi du 11 février 1950 a été adoptée, instituant le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG). Ce dispositif avait pour objectif principal de garantir un niveau de rémunération minimum pour les travailleurs, leur assurant ainsi un niveau de vie décent.

Évolution vers le SMIC

En 1970, le SMIG est devenu le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC), marquant une évolution dans sa conception et sa mise en œuvre. Cette transition reflétait la volonté d’associer le niveau de rémunération minimum à la croissance économique du pays, permettant ainsi aux travailleurs de bénéficier des fruits de cette croissance, en théorie.

Les montants du SMIC

Depuis sa création, le SMIC a été régulièrement réévalué pour tenir compte de l’inflation et garantir son pouvoir d’achat. Les montants du SMIC sont fixés par décret gouvernemental, généralement sur la base des recommandations d’une commission dédiée. En France, le SMIC est payé sur une base horaire et est révisé chaque année.

À sa mise en place en 1950, le SMIG avait une valeur horaire brute de 2,31 euros (après conversion). Au 2 janvier 1970, date de mise en place du SMIC, le taux horaire est à 3,81 euros et aujourd’hui, au 11 février 2024, le taux horaire est de 11,65 euros, soit 1 766,92 euros brut et 1 398,70 euros net mensuel. Le SMIC augmente chaque année au 1er janvier.

Justification et importance sociale

La mise en place du SMIC répond à une exigence fondamentale de justice sociale et de dignité humaine. En garantissant un revenu minimum aux travailleurs, quelle que soit leur qualification ou leur secteur d’activité, le SMIC contribue à réduire les inégalités socio-économiques et à lutter contre la pauvreté. Ceci étant et avec l’augmentation du coût de la vie supérieure à celle du SMIC ces 2 dernières années, avec le conflit en Ukraine débuté le 22 février 2022, le SMIC ne suffit plus à vivre dignement. L’inflation dans le pays a été de +5,2% en 2022 et +4,9% en 2023.

Inflation : de 10 à moins de 2% avant le conflit en Ukraine

Mais ceux qu’on appelle les “smicards” (salariés qui perçoivent le SMIC) ont connu des moments encore plus difficiles, entre 1973 et 1983, après le choc pétrolier de 1973, où l’inflation était de 10% en moyenne. Puis vint “Le tournant de la rigueur” de François Mitterrand en 1983, qui ramena l’inflation en dessous des 4% jusqu’en 1991. Depuis, l’inflation est restée sous la barre des 2% jusqu’en 2021.

Le SMIC est censé jouer un rôle crucial dans la stimulation de la consommation et la promotion de la croissance économique. En assurant un pouvoir d’achat minimum à une large partie de la population, il favorise la demande intérieure et contribue ainsi à soutenir l’activité économique.

Un SMIC qui n’assure plus son rôle

Mais avec un montant net de 1398,70 euros net en 2024, ce rôle n’est plus à la hauteur de son objectif premier, même pour celles et ceux qui ont un loyer modéré.

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) représentait bien plus qu’une simple mesure économique. C’était un symbole de solidarité et de justice sociale, garantissant à l’origine, à chaque travailleur, le droit à une rémunération décente et à un niveau de vie acceptable. Son existence témoignait à une époque malheureusement révolue de l’engagement de la France en faveur du progrès social et de l’égalité des chances pour tous. Mais en 2024 et face à une inflation galopante, le montant du SMIC n’assure plus à ceux qui le perçoivent une qualité de vie décente.

Crédit photo : Pixabay
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance