Connect with us

Art

Clint Eastwood a déclaré qu’il était contre la guerre de George W.Bush en Irak

Publié

le

Alors qu’il vient de boucler son dernier long métrage « American Sniper », Clint Eastwood s’est adressé à la Presse à l’occasion de la première projection de son nouvel opus.

clint-eastwood-rawhide-1961

Publicité pour le film « Rawhide » en 1961 (sans copyright source wikipédia)

Personne n’ignore les positions politiques de l’acteur/réalisateur/producteur américain Clint Eastwood. Républicain dans l’âme, ça n’empêche pas ce « bad boy » comme le jugèrent beaucoup de démocrates à l’époque des « Dirty Harry » de prendre position contre son propre camp.

Preuve en est, sa dernière déclaration à propos de l’intervention en Irak des Etats-Unis sous le gouvernement de George W.Bush : « J’ai toujours été profondément contre la guerre de George W.Bush en Irak et au Moyen-Orient. Je pensais que c’était pour nous un bourbier d’où l’on ne sortirait jamais ».

C’est à l’occasion de la première projection de son tout nouveau film : « American Sniper », qu’il s’est ainsi adressé aux journalistes, au sein de l’Academy Of Motion Pictures Artists & Goldwyn Theater de Beverly Hills.

Le nouveau long métrage de Monsieur Eastwood risque une fois de plus de créer la polémique, avec la mise en avant d’un « héros de guerre » interprété par l’acteur Bradley Cooper : Chris Kyle, un «Navy Seal » de l’armée américaine, un sniper qui a totalisé 250 individus tués durant ses 10 ans de service au sein de l’armée américaine.

Comme pour « Maître de guerre » ou la série des « Inspecteur Harry », Clint Eastwood est dans la lunette des démocrates et intellectuels américains. Ces derniers lui reprochent déjà de glorifier la guerre irakienne initiée par son compatriote George W.Bush.

Connaissant le personnage, il y a fort à parier que le contenu de son film ne déstabilise ses détracteurs, comme il avait pu le faire avec « Gran Torino », que la critique la plus acerbe attendait impatiemment.

La démarche du réalisateur est en effet davantage axée sur les effets pervers de la guerre, ainsi que son côté déshumanisant que sur les simples « exploits » d’un tireur d’élite ayant abattu plusieurs centaines de personnes pour couvrir ses camarades de combat.

L’intéressé lui-même a récemment déclaré : « Contrairement à ce que pense l’opinion publique, j’abhorre la violence ».

Il faudra attendre la sortie du film pour se forger notre propre opinion, le 18 février 2015.

Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance