Connect with us

Musique

Kyle Eastwood hier soir à Paris : un grand et beau moment de Jazz

Publié

le

Kyle Eastwood jouait hier soir à Paris, sur la scène du Bal Blomet dans le 15ème arrondissement et dans le cadre des « Jeudis Jazz Magazine ». Accompagné de ses musiciens et de la « Guest Star » britannique Hugh Coltman, le fils du grand Clint a offert une prestation extraordinaire dans une salle bondée.
kyle eastwood credit photo jerome bonnet - Vintage

Kyle Eastwood – Crédit photo : Jérôme Bonnet©

Jazz & Cinematic

Le Jazz est pour beaucoup une musique d’ascenseur, complexe voire ennuyeuse. Je l’ai découvert en 2004 avec l’album « Paris Blue« , seconde galette de Kyle Eastwood, fils de Clint lui-même musicien et grand amateur de Jazz. Un disque à l’inverse de l’assoupissant qui m’avait donné envie d’en savoir un peu plus sur le Jazz et sur le travail du contrebassiste Kyle. 15 ans plus tard, c’est en humble amateur que je me suis rendu, hier soir, au concert de Kyle Eastwood venu présenter son nouvel album baptisé « Cinematic« , au sein même du Bal Blomet, légendaire club de Jazz de la capitale.

Un fabuleux concert

Entouré d’Andrew McCormack au piano, Chris Higginbottom à la batterie, Quentin Collins à la trompette et bugle et Brandon Allen au saxophone, le contrebassiste et bassiste Kyle Eastwood a livré un fabuleux concert, autour du thème du cinéma. Le 7ème art est en effet le cœur même de son dernier album sorti le 8 novembre dernier, dans lequel il réinterprète avec brio des morceaux légendaires tels que Bullitt, Taxi Driver, Gran Torino, The Pin Panther Theme ou Skyfall.

Un voyage cinéphile dans le passé

Cerise sur le gâteau, le chanteur anglais Hugh Coltman est venu rejoindre le quintet sur scène pour une superbe interprétation de Gran Torino. Une présence réitérée au second rappel pour le plus grand plaisir des spectateurs présents dans la salle. Sans être un spécialiste du Jazz loin de là, j’ai été ébloui par la qualité de la prestation générale et le talent de chaque musicien. Kyle Eastwood a su nous faire revenir en arrière grâce à des musique de films mythiques, brillamment réinterprétées dans une humilité bluffante, celle des jazz men. Je voyais défiler devant mes yeux les scènes « kaléidoscopées » des films seventies, sur chaque note des instruments du band de Kyle.

Merci Monsieur Eastwood de m’avoir fait découvrir et aimer le Jazz. je reviendrai vous écouter à Paris le 15 mai 2020, un événement dont nous reparlerons bientôt sur le site.

Kyle Eastwood donnera encore quelques dates en France dans les 6 mois prochains :

30/11/2019 : Pont L’Abbé (29)
1/12/2019 : Auray (56)
5/12/2019 : Théâtre municipal de Fontainebleau (77)
30/04/2020 : Théâtre National de Nice (06)
14/05/2020 : Théâtre de Longjumeau (91)
15/05/2020 : Paris (lieu à confirmer)
Pour réserver vos places, cliquez sur ce lien.

Crédit photo : Jérôme Bonnet©
 
1 commentaire

1 commentaire

  1. Bastien T

    23/11/2019 at 2h08

    Très bel article qui donne envie !

     

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance