Connect with us

Art

"Astérix : le domaine des dieux" en avant-première ce soir au Grand Rex !

Publié

le

Astérix : le domaine des dieux est la 17e BD sur les 35 albums que compte la collection « Astérix ». Sorti en 1971 l’album avait été écoulé à 1 100 000 exemplaires (quand on pense qu’à la parution du 1er exemplaire de la série : Astérix le gaulois sorti en 1961, le tirage était de 6 000 exemplaires !). Il revient sous le « coup de crayon » de l’animateur français Louis Clichy, assisté d’Alexandre Astier à la coréalisation et au scénario.

Astérix-MV-3                                                                                                                                                                               Astérix le gaulois : 1er album sorti en 1961

Diplômé de l’école des Gobelins avec son court-métrage Jurannesic, Louis Clichy intègre ensuite CUBE où il réalise « A quoi ça sert l’amour ? » sur une musique d’Edith Piaf. Repéré par les gens de chez Pixar, il part travailler aux Etats-Unis où il participera aux dessins-animés « Wall-E » en 2008 et « Là-haut » en 2009, deux succès au box-office. Après une expérience enrichissante de l’autre côté de l’Atlantique, l’animateur français revient dans l’hexagone et réalise son premier long-métrage : Astérix : le domaine des dieux, qui sortira le 26 novembre 2014.

Monsieur Vintage aura la chance de le découvrir en avant-première ce soir au Grand Rex, nous ne manquerons pas de vous livrer nos impressions dans la foulée. Astérix, un petit gaulois moustachu qui accuse ses 55 ans ! Créé le 24 octobre 1959 par le scénariste René Goscinny et le dessinateur Albert Uderzo, il a été traduit en 110 langues et enregistre 355 millions de vente d’albums.

Une réussite complète à tous les niveaux et un succès qui attire, à commencer par les réalisateurs qui ont ouvert une brèche dès 1999 avec Astérix et Obélix contre César.

Un premier film adapté de la BD réalisé par Claude Zidi, Astérix et Obélix contre César mettait Christian Clavier dans la peau du petit gaulois et Gérard Depardieu dans celle du chasseur de sangliers (et de romains). Un couple « bankable » que l’on retrouve dans 2 des 4 adaptations cinématographiques de la BD.

Cette première adaptation cinéma a couté 42 millions d’euros pour un score de 8.9 millions d’entrées, un succès !

Trois ans plus tard, Alain Chabat remet le couvert avec son génial (il faut bien le dire) Astérix et Obélix : mission Cléopâtre. 50 millions de budgets et un record : 14.6 millions d’entrées ! Jugé comme la meilleure adaptation de la bande-dessinée, le film remporte un succès phénoménal en France comme à l’étranger.

Astérix-MV-2 Monica Bellucci en Cléopâtre dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre d’Alain Chabat (2002)

En 2008, Frédéric Forestier et Thomas Langmann se lancent dans l’aventure pour Astérix aux Jeux Olympiques. Un budget colossal de 78 millions d’euros (dont 20 millions d’euros pour la promo seulement !?), cette-fois, Christian Clavier est remplacé par Clovis Cornillac (peu convaincant ndlr..). Malgré ses 6.8 millions d’entrées le film est un « flop » comparé aux 2 opus précédents.

Enfin en 2012, Laurent Tirard s’essaie à l’exercice avec son Astérix et Obélix : au service de sa majesté. Cette-fois, Astérix est interprété par Edouard Baer quant à Obélix, c’est toujours Gérard Depardieu qui enfile son pantalon bleu et blanc. Un budget de 61 millions d’euros pour 3.8 millions d’entrées, là encore on ne peut pas dire que le succès soit phénoménal.

A ce jour, la meilleure adaptation cinématographique d’Astérix demeure incontestablement celle d’Alain Chabat.

Astérix-MV-4 Jamel Debbouze (de dos) et Gérard Darmon dans Astérix et Obélix : mission Cléopâtre – Alain Chabat 2002

Louis Clichy et Alexandre Astier eux, ont choisi un autre chemin, celui de l’animation ! Petit clin d’œil à Alain Chabat : ce dernier joue un rôle par le doublage dans ce film, celui du sénateur Prospectus. D’autres comédiens ont assuré le doublage des personnages : Roger Carel pour Astérix (c’est lui qui a doublé le petit gaulois dans la série de dessins animés réalisés pour la télévision), Guillaume Briat (Obélix) mais également Florence Foresti, Lorant Deutsch, Elie Semoun, Laurent Lafitte, François Morel, Alexandre Astier et Géraldine Nakache.

Le synopsis reprend la bande dessinée éponyme parue en 1971 : en 50 avant J.C, toute la Gaule est occupée par l’armée romaine. Toute ? Pas tout à fait puisqu’un village gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Jules César, fatigué de cette situation, décide de les amener vers la consommation, la modernité et le libéralisme en construisant autour de leur village un complexe haut de gamme : le Domaine des Dieux !

On peut s’attendre à du marrant et caustique quand on connaît les antécédents d’Alexandre Astier (Kaamelott..), espérons qu’on puisse retrouver dans cette nouvelle adaptation le ton décalé de l’humoriste pour ce Domaine des dieux qui arrivera dans les salles obscures dès mercredi prochain.

Astérix et Obélix : le domaine des dieux – au cinéma le mercredi 26 novembre 2014

 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance