Connect with us

Life

La religion catholique perd du terrain en France

Publié

le

« La marche des vertueux est semée d’obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l’œuvre du Malin. Béni soit-il l’homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu’il guide dans la vallée d’ombre de la mort et des larmes… Car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J’abattrai alors le bras d’une terrible colère, d’une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l’Éternel quand sur toi s’abattra la vengeance du Tout-Puissant ! »
chapelle

Chapelle. Crédit photo Pixabay

Si pour vous ces paroles sont tirées du scénario d’un film palmé en 1994, c’est que vous n’ouvrez pas assez souvent votre bible. Ecrites par le prophète Ezéchiel dans le « Livre d’Ezéchiel », il s’agit du verset 10 – Chapitre 25 tiré de la Bible. Le prophète exilé de Babylonie a été maintes fois repris par Samuel Jackson dans le déjanté « Pulp Fiction ».

Repens-toi ô pêcheur de ne pas ouvrir le livre du Seigneur et d’attribuer ses propos à un réalisateur aussi détraqué que génial ! Par ta faute la religion est malade, le catholicisme fébrile et nos paroisses se vident tel le sang d’un hémophile en tranches. La religion catholique va mal, en tout cas en France puisque ce sont les fidèles d’Asie et d’Afrique qui désormais maintiennent le nombre de pratiquants dans le monde. Deux raison à cela ; la libération de 1968 qui fît de nous des bonobos imberbes, et la désaffection des jeunes envers l’Eglise face à un vieillissement irrémédiable du clergé.

Jugez par vous-mêmes mécréants ; en 1990 la France comptait 25 200 prêtres, ils ne sont plus que 13 000 en 2014, quand dans le même temps vos pêchés ne cessent de croître. Honte à vous visionneurs de télé-réalité qui faute d’aller à la messe se prélassent dans un canapé, la panse débordant de chips lourdes et grasses. Alors qu’il y avait 1 000 ordinations en 1950 nous en sommes à 84 en 2013, de 5 000 séminaristes en 1950 nous voilà à 700 en 2013. Un curé gère aujourd’hui entre 50 et 60 lieux de culte, et ils n’ont toujours pas reçu le don d’ubiquité les pauvres.

L’Europe perd 1 000 prêtres par an. Leur âge moyen est de 77 ans. La médecine progresse certes, mais la retraite est méritée, même si son âge chez les curés est fixé à 75 ans. Entre 1990 et 2013, le nombre des baptêmes a baissé de 37%, quand celui des mariages religieux chutait de 52%, mais là ô espoir il semblerait qu’il soit tendance de baisser le genou en 2014 (lire l’article de Claude Petrolesi en cliquant ici), parce que ce ne sont pas les mariages gays qui feront remonter les chiffres des unions sacrées devant un autel (oh hérétique ne pense même pas à faire entrer le « pédéraste » en nos murs, veux-tu finir comme Jeanne d’Arc jeune journaliste égaré ?) Seulement 3% des catholiques pratiquent leur religion dans l’hexagone. Qu’attendez-vous ? Sodome et Gomorrhe villes de dépravation détruites par le feu divin, c’est ça que vous voulez ? Paris sous les cendres, la punition divine ? Non, la religion catholique n’est pas vintage en France, au grand dam du Vatican qui s’en inquiète. Et si aller à la messe le dimanche devenait tendance, comme pour exhiber son look de « hipster » ou de « normcore » au son des cloches à midi, à l’heure où normalement le « métro sexuel » se réveille ?

A moins qu’il ne faille rendre les messes un peu plus « Rock’n’roll » en France, parce que jusqu’ici et contrairement aux Antilles où la messe est une fête, elles ressemblent plus chez nous à des enterrements qu’à des célébrations joyeuses. A méditer en écoutant le père Scott, Bon Scott :

 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance