Connect with us

Life

"Vapoter" : du tabaco à la cigarette électronique

Publié

le

Le tabac puise ses origines en Amérique, il y a plus de 500 ans. Christophe Colomb le découvre lors de ses expéditions en Amérique du Sud. À cette époque, les Amérindiens le fument pour apaiser leurs maux, en le roulant sous forme de tabaco. Il devient ensuite du tabac à pipe, puis la cigarette, avant d’être peu à peu remplacé par la cigarette électronique il y a une quinzaine d’années.
la-havane-cuba-27012007

Fumeuse de cigares à La Havane, Cuba, le 27/01/2007. Crédit photo : Philippe Pillon©

Le premier brevet déposé date de 1965

Le premier brevet déposé pour une cigarette électronique date de 1965, lorsque Hebert A. Gilbert présente son projet de remplacement du tabac et papier par de l’air chauffé et aromatisé.

Son invention n’aboutit jamais, mais elle fut reprise en 2003 par un pharmacien chinois qui dépose alors son propre brevet en 2005. Il s’associe alors à la société Golden Dragon Holdings pour commercialiser son produit. Une fois de plus le projet tombe à l’eau et c’est en 2009 avec un autre chinois : David Yunqiang Xiu que la cigarette électronique démarre vraiment, avec l’ENDS (Electronic Nicotine Delivery System).

Les vapoteurs se font de plus en plus nombreux

Aujourd’hui, la cigarette électronique est entrée dans les mœurs. De plus en plus de fumeurs « vapotent », d’une part pour essayer d’arrêter de fumer ou d’autre part pour réduire les effets de la nicotine sur leur organisme. Pour cela, les convertis à l’e-cigarette peuvent s’approvisionner auprès de différents sites, comme Nicovip entre autres, ou se rendre dans des boutiques spécialisées.

Mais au fond, qu’est-ce qu’une cigarette électronique ?

La cigarette électronique est un ensemble constitué d’une batterie, d’un atomiseur (ou clearomiseur), d’un réservoir, d’un embout et de liquide. Le principe de fonctionnement est assez simple. Il suffit de produire un aérosol qui imite la fumée du tabac, en chauffant le liquide grâce à une résistance. En chauffant, le liquide se transforme en vapeur et se mue en aérosol, que le « vapoteur » peut ensuite inhaler.

Différents types de clearomiseurs

Il existe aujourd’hui de nombreux types de clearomiseurs. GS-Air, Innokin iSub, Kangertech Toptank, Eleaf Melo 3, Eleaf Lyche (clearomiseurs grosse vapeur) entre autres.

Le clearomiseur a pour fonction de chauffer le liquide pour qu’il se transforme en aérosol. Ce dernier devient alors un petit nuage blanc qui rappelle la fumée de la cigarette traditionnelle, avec une durée de vie assez courte puisque ce nuage disparaît dans l’atmosphère en une dizaine de secondes. Très peu odorant et moins gênant que la fumée produite par une cigarette dite « classique », ce nuage peut être parfumé.

L’activation de la résistance peut être soit manuelle, en appuyant sur un switch, soit automatique dès la première aspiration.

Le liquide : aromatisé ou avec nicotine

L’e-liquide d’une cigarette électronique peut se composer d’arômes sans ou avec nicotine, pour les plus gros fumeurs qui ont du mal à arrêter de fumer leurs cigarettes traditionnelles.

Il existe différentes marques d’e-liquide que vous pouvez découvrir sur internet en vous rendant sur des sites spécialisés où vous pourrez trouver votre  clearomiseur avec différents types de cigarettes, accessoires, liquides et packs.

Un budget mensuel de 40 euros en moyenne

Côté tarifs, il existe des packs dont le prix varie de 30 à 80 euros. Comptez 5 à 8 euros pour le flacon de liquide, qu’il vous faudra remplacer régulièrement, en fonction de votre consommation. Pour une consommation habituelle de 15 cigarettes par jour, prévoyez environ 6 flacons d’e-liquide par mois.

Enfin, sachez que pour « vapoter » différent, il existe aujourd’hui certains modèles de cigarettes électroniques vintage ou originaux, comme le kit Ezipe de Fumytech, très compact et qui reprend la forme d’un Zippo, avec son couvercle. Certains e-liquides reprennent également des « recettes » vintage, aux parfums d’antan.

 
1 commentaire

1 commentaire

  1. VAPOVOR

    04/09/2017 at 17h03

    Bonjour,
    Article intéressant sur nos ancêtres.

     

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance