Connect with us

A la Une

Quel casque Jet vintage choisir ?

Publié

le

casque jet vintage jakub sisulak unsplash - Vintage
Le rapport du motard à la moto n’est plus le même aujourd’hui qu’à l’époque des années 80 et 90. Autrefois, seule la vitesse comptait et c’était la machine la plus rapide qui emportait alors les suffrages d’une clientèle jeune et fougueuse. En 2022, rouler à moto est d’abord une affaire de style, que ce soit pour la moto ou le pilote. Et la grande tendance, c’est le rétro. Pour bien débuter l’année, Monsieur Vintage vous explique comment bien choisir un casque Jet vintage, élément indispensable pour votre sécurité, tout en adoptant un look “Old School”.
Casque de moto vintage avec moto Triumph

Casque Jet vintage : pour marier le look du pilote avec celui de la moto. Crédit photo : Jakub Sisulak© pour UNSPLASH

Surveiller son look

Lors d’une présentation presse il y a quelques années déjà, le patron de Triumph France et ex-Président de la chambre syndicale des constructeurs (CSIAM) Jean-Luc Mars le disait : “la vitesse à moto est dépassée, aujourd’hui ce qui compte c’est le look, le style et afficher sa différence. Et l’on voit de plus en plus de jeunes motards adopter cette attitude en se dirigeant vers une moto vintage et le dress-code qui va avec.” La plateforme icasque.com l’a d’ailleurs bien compris en proposant un dressing “vintage et néo-rétro” pour les amateurs de café-racer. En 2022, la tendance reste celle du vintage, qu’il s’agisse des chaussures de moto, des jeans, du cuir, des gants et bien entendu, du casque.

Le casque Jet vintage : un “must”

Bien qu’il existe différents modèles de casques moto intégraux rétro, on pense notamment au très réussi Blauer Vintage 80’s vendu 369 euros, le “must” du casque vintage reste le Jet. Pourquoi le Jet ? Simplement parce qu’il s’associe mieux à une moto ancienne, la vraie, la pure, celle qui a une âme, qui sent l’huile et qui vibre. C’est également l’accessoire idéal pour les heureux possesseurs d’un modèle de la marque de Milwaukee, Harley-Davidson. On voit mal Peter Fonda ou Dennis Hopper enfiler un casque intégral, aux guidons de leurs Choppers Harley dans le classique “Easy Rider” sorti en 1969.

Le casque intégral rétro collera plus à un modèle de moto néo-rétro, de type Kawasaki Z650 RS (ou Z900 RS), Bmw Nine-T et les Café-Racer néo-rétros, qui arborent un look d’ancienne mais à la conception bien moderne et aux performances augmentées, par rapport à une ancienne des années 70.

Bien choisir son casque Jet vintage

Bien choisir son casque Jet vintage est une étape importante, tant sur le plan sécuritaire qu’esthétique. Voici quelques conseils qui vous aiguilleront dans votre sélection :

• Privilégier le noir
Qu’il soit brillant ou mat (avec une préférence pour le mat, qui possède un côté “Old School” à l’inverse du brillant), le noir a deux avantages : il ira avec toutes les teintes de moto et apportera un côté “Bad boy” à votre look.

• Ou choisir une couleur flashy
Le noir c’est bien, c’est rock’n’roll, c’est autorisé par la loi mais il faut bien reconnaître que ce n’est pas ce qu’il y a de plus visible, de la part des autres usagers de la route. Si vous privilégiez la sécurité, n’hésitez pas à choisir un casque Jet à la teinte flashy (vert pomme pailleté, orange, rouge, bleu pailletés…), les fabricants en proposent une large gamme, pour assortir la couleur du casque à celle de la moto.

• Acheter un produit aux normes
Cela peut paraître évident, mais pour votre sécurité et pour être en règle avec la loi, vérifiez bien que le casque Jet que vous envisagez d’acheter est aux normes et homologué. Pour cela, il doit comporter une étiquette de conformité, de type NF ou ECE 22-04 ou ECE 22-05. De plus, le casque Jet doit comporter 4 stickers rétroréfléchissants collés de la façon suivante : un devant, un derrière et un sur chaque côté. À défaut de ces stickers et c’est important, la marée-chaussée vous appliquera une amende équivalente au non-port du casque, à savoir une amende de 4ème classe (135 euros d’amende et -3 points sur votre permis de conduire).

Évitez d’acheter un casque sans marque. On en trouve souvent sur les manifestations, salons et autres rassemblements de bikers. Il s’agit souvent de simples Jets, vendus peu chers (une cinquantaine d’euros), aux couleurs flashy ou personnalisés à la va-vite. À fuir, pour votre sécurité et être en règle.

• Choisir la bonne taille
Une fois le modèle choisi, votre casque Jet ne doit pas tourner sur lui-même autour de votre crâne. Il doit être ajusté à la bonne taille pour ce faire, mesurez d’abord votre tour de tête et choisissez la taille la mieux adaptée, en sachant que : le Jet doit couvrir le front juste au-dessus des sourcils, il doit être confortable, ne doit pas glisser sur les yeux ou vers l’arrière en cas d’accélération (rigolo mais dangereux, à bannir), il ne doit pas gêner le port de lunettes de correction ou de soleil et enfin, il doit être fermement attaché, avec un espace maximal d’un doigt entre le bas de votre menton et la boucle.

Penser au support de casque

La plupart des motards pensent à acheter le casque, beaucoup moins à acheter le support. C’est pourtant un élément important come indiqué sur caferacermoto puisqu’il vous évitera, chaque fois que vous rentrerez chez vous, de chercher un endroit pour ranger votre casque. Souvent, on le pose là où l’on peut, avec un équilibre souvent aléatoire qui engendre de nombreuses petites chutes, qui certes ne casseront pas votre protège-tête, mais qui l’useront plus vite. Le support de casque est à fixer au mur ou à poser sur une table. On en trouve à des tarifs qui vont de 100 à 130 euros environ.

Le saviez-vous ?

Tout motard sait que porter un casque est obligatoire pour circuler à deux-roues. Une obligation qui date du 1er juillet 1973 sur arrêté du 28 juin 1973. À l’origine, c’est l’accident de moto mortel du célèbre T.E Lawrence (au guidon de sa Brough Superior), plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, qui a déclenché une réflexion sur la protection des motards.

À la suite de cet accident mortel survenu le 13 mars 1935, le neurochirurgien britannique Hugh William Bell Cairns, qui avait essayé (en vain) de sauver Thomas Edward Lawrence, s’est dit qu’avec un casque sur la tête, le célèbre officier/écrivain ne se serait pas tué à moto. C’est alors qu’il s’est mis à étudier le comportement des motards de l’armée anglaise, jusqu’à leur fournir une première protection, en liège, à partir de 1941.

Le principe du casque moto sera retenu et rendu obligatoire dans les pays européens, à partir de 1973.

Crédit photo : Jakub Sisulak© pour UNSPLASH
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance