Connect with us

Art

Nikon Z7 et Z6 : l'ère du mirrorless démarre chez Nikon

Publié

le

Les deux géants de la photo ont pris très largement leur temps pour répondre aux offensives de toute part des boîtiers mirrorless, avec en fer de lance Sony et ses boîtiers aboutis dotés de capteurs full-frame devenus la référence dans le domaine. C’est Nikon qui réagit aujourd’hui avec le lancement de deux boîtiers mirrorless : les Z6 et Z7.

 
Nikon Z7 5 - Vintage

Retour sur la folie mirrorless

Tout d’abord un appareil photo mirrorless c’est quoi ? Comme le nom l’indique c’est de manière simpliste un appareil photo dépourvu de miroir. La grosse différence est donc que la visée se fait de manière électronique et non plus avec un viseur optique traditionnel. Cela peut sembler superflu au premier abord mais les boîtiers mirrorless ont su démontré de nombreux avantages à l’usage. Ainsi le viseur électronique permet d’avoir un aperçu direct du résultat final tel qu’affiché dans le fichier JPEG, on peut donc voir concrètement les effets des différents réglages avant même d’avoir pris la photo. De plus, le retrait du miroir a permis de créer des boîtiers plus légers et compacts, et donc plus discrets et faciles à transporter. Une qualité indéniable pour la photo de rue ou de voyage.

Le hic c’est que pour créer un boîtier compact il faut également une monture spécifique faite pour optimiser la courte distance voulue entre le capteur et la collerette de l’objectif. La monture F historique que l’on trouve chez Nikon dispose d’une distance capteur/monture de 46.5mm, tandis que la monture E chez Sony n’affiche que 18mm de distance en comparaison. Pour Nikon créer un boîtier mirrorless c’était donc tirer une croix sur la centaine de millions d’objectifs en monture F en circulation, et repartir de zéro avec une toute nouvelle monture et donc une aussi nouvelle gamme d’objectifs. On comprend donc l’hésitation à se lancer dans l’aventure d’autant plus que jusqu’à récemment le marché du réflex traditionnel se portait plutôt bien.

Mais, entre les progrès des smartphones qui ont tout simplement fait disparaître l’entrée-de-gamme en photographie, et les boîtiers mirrorless toujours plus aboutis de Sony, Fujifilm et Panasonic grignotant de bonnes parts de marché sur le milieu de gamme – et même le haut-de-gamme avec le Sony A9 -, la réponse des deux géants de la photo Nikon et Canon se faisait douloureusement attendre. C’est désormais fait chez Nikon qui propose non pas un mais deux boîtiers d’emblée de jeu.

Sans plus attendre découvrons donc ces deux nouveautés, fruits d’une longue gestation.

Nikon Z7 4 - Vintage

Nikon Z7 : la résolution avant tout

Le Nikon Z7 est le boîtier premium, doté d’une résolution de 45.7MP, identique à celle du D850 (le reflex haut-de-gamme Nikon). Il profite de plus d’une stabilisation mécanique intégrée – une première absolue pour un boîtier Nikon – afin de rivaliser avec les appareils Sony. La rafale est flashée à 9 images/seconde et le mode vidéo offre une résolution 4K30FPS codée en 10 bits 4:2:2. L’autofocus hybride déploie un nombre impressionnant de 493 points pour un suivi sur 90% du capteur.

Nikon Z7 2 - Vintage

Le boîtier en lui-même n’a rien à envier aux reflex professionnels de la marque avec une construction en alliage de magnésium et une résistance aux intempéries équivalente à celle du D850. La visée n’est pas en reste avec un viseur électronique OLED très détaillé à 3.6M de points et grossissement x0.80. L’écran arrière, orientable et tactile, est mesuré à 3.2″ et dispose de 2.1M de pixels. On regrettera juste le fait qu’il n’y ait qu’un seul emplacement pour carte-mémoire, qui est ici XQD et supportera bientôt le CFexpress via mise à jour. L’autonomie est également assez légère avec une certification CIPA de 330 vues, loin des 1.800 du D850 donc ! On retrouve un écran secondaire OLED sur la tranche supérieure des Z6/Z7 qui offre un rappel des principaux réglages.

Le Nikon Z7 sera disponible boîtier nu vers fin septembre pour 3.699€, ou 4.299€ en kit avec le nouveau 24-70 f/4 S.

Nikon Z6 : un bon compromis abordable
Le Nikon Z6 se place comme une offre plus abordable avec un capteur classique de 24.5MP. Cette résolution plus standard lui donne un gain de vitesse et la rafale se place ainsi à 12 i/s. Le module autofocus est plus sommaire avec 273 points contre les 493 du Z7. De plus la sensibilité ISO démarre à 100 et non à 64, une profondeur des couleurs et une plage dynamique un peu plus faible en conséquence sur la sensibilité de base.

Nikon Z7 1 - Vintage

Pour le reste, le Z6 est absolument identique au Z7, en revanche le tarif de 2.299€ (2.899€ en kit) s’annonce plutôt intéressant. Il sera disponible deux mois après le Z7 soit vers fin novembre.

La monture Z fait son entrée

Ces deux boîtiers inaugurent donc la monture Z, qui dispose d’une distance capteur/monture de 16mm seulement, tout en ayant un diamètre de 17% supérieur à celui de la monture F. Ce qui ouvre la voie à des designs inédits tels qu’un futur 58mm Noct à ouverture f/0.95. Mais pour le moment il faudra composer avec une gamme réduite de trois objectifs : le transtandart de kit qui est un zoom 24-70 à ouverture f/4, un 35mm f/1.8 ainsi qu’un standard 50mm f/1.8. Nikon a prévu d’ajouter de nombreux objectifs durant l’année prochaine dont un 24-70 2.8, un 70-200 2.8 ou encore un 85 1.8.

Bilan
En somme un premier coup d’essai plutôt convaincant pour Nikon. Gageons que les boîtiers seront encore plus intéressants à l’avenir avec une optimisation de l’autonomie et des améliorations du système autofocus. En parallèle de ce lancement Nikon a annoncé une bague de conversion pour monture F vers monture Z afin de profiter de la myriade d’objectifs  Nikon existants sur ces nouveaux boîtiers, avec un support total de l’autofocus et de la mesure d’exposition sur les optiques AF-S, c’est-à-dire une bonne partie de la production des 20 dernières années. Elle sera vendue 299€ (visible ci-dessous).
La gamme optique de lancement, bien que réduite, permet déjà de couvrir un bon nombre d’usages entre paysage, photo-reportage, photo de rue, portrait etc. En tout cas Nikon n’est pas resté impuissant et peut ainsi espérer stopper l’hémorragie de transfuges vers Sony et Fujifilm qui ont su séduire bon nombre de photographes ces dernières années avec des boîtiers compacts et innovants. On ne peut que souhaiter une réussite similaire à Nikon et nul doute que le capital sympathie et nostalgie de la marque n’y sera pas étranger.

Nikon Z7 8 - Vintage

Il sera possible de prendre en main ces boîtiers ce samedi 25 août en se rendant au Nikon Plaza (Paris 6ème) pour trois sessions à 10, 14 et 16H.

 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance