Connect with us

Life

Fin du ticket de caisse : retour sur son histoire des origines à aujourd’hui

Publié

le

ticket de caisse - Vintage

Ce mardi 1er août 2023 marque la fin du ticket de caisse. Une mesure qui s’inscrit dans le cadre de la loi n°2020-105 du 10 février 2020 visant à réduire la production de déchets. L’occasion de revenir sur l’histoire fascinante du ticket de caisse, de ses origines anciennes à son rôle dans notre société contemporaine.

La fin du ticket de caisse

Ce mardi 1er août 2023 marque la fin du ticket de caisse. Partiellement tout du moins puisque vous avez toujours la possibilité de réclamer votre reçu en caisse. Mais l’édition du ticket ne sera plus automatique et la caissière de votre supermarché vous demandera désormais si oui, ou non, vous souhaitez avoir un ticket justifiant vos achats. Saluons d’ailleurs toutes celles et ceux qui, devant leurs caisses, nous ont permis de continuer à nous nourrir normalement lors de la pandémie de Covid-19 et que nous avons un peu vite oubliés. Aujourd’hui, on leur demande de répéter pour chaque client qui passe en caisse les mêmes mots : “Voulez-vous un ticket ?”.

L’objectif de cette mesure est environnemental, puisque 30 milliards de tickets de caisse sont imprimés chaque année en France, soit 150 000 tonnes de papier ou l’équivalent de 25 millions d’arbres coupés et 18 milliards de litres d’eau consommés.

Les tickets concernés par cette loi sont :

• Les tickets de caisse produits dans les surfaces de vente et dans les établissements recevant du public ;
• Les tickets émis par des automates ;
• Les tickets de carte bancaire ;
• Les bons d’achat et tickets promotionnels ou de réduction.

Cependant, certains tickets de caisse seront toujours imprimés de manière automatique :

• Les tickets de caisse relatifs à l’achat de biens dits « durables » où sont mentionnées l’existence et la durée de la garantie légale de conformité. Cela concerne les appareils électroménagers, les équipements informatiques ou les appareils de téléphonie par exemple. La liste complète de ces biens se trouve à l’article D211-6 du code de la consommation ;
• Les tickets de carte bancaire relatifs à des opérations annulées ou faisant l’objet d’un crédit ;
• Les tickets émis par des automates dont la conservation et la présentation sont nécessaires pour bénéficier d’un produit ou d’un service ;
• Les tickets de caisse ou autres documents de facturation, imprimés par les instruments de pesage à fonctionnement non automatique.
Pour remplacer le ticket de caisse en papier, plusieurs solutions sont proposées à l’acheteur :
• Ticket par SMS ;
• Ticket par e-mail ;
• Ticket par message dans l’application bancaire de l’acheteur (l’utilisation de la carte bancaire envoie le e-ticket automatiquement sur l’application) ;
• Ticket par QR code (permet de récupérer son e-ticket depuis une page web).

Les origines du ticket de caisse

Depuis des millénaires, les êtres humains pratiquent le commerce et les échanges de biens et services. Au fil du temps, différentes méthodes ont été utilisées pour enregistrer ces transactions, dont l’une des plus importantes est le ticket de caisse. Ce petit morceau de papier est devenu un élément essentiel de notre vie quotidienne, nous permettant de garder une trace de nos achats et de faciliter les remboursements ou les échanges.

Les débuts : De l’argile aux papyrus

L’idée d’enregistrer les transactions commerciales remonte à l’Antiquité. Dans les civilisations anciennes, notamment en Mésopotamie et en Égypte, les marchands utilisaient des tablettes d’argile pour enregistrer les détails des ventes, y compris les marchandises et leur prix. Ces premiers enregistrements constituaient en quelque sorte les ancêtres des tickets de caisse modernes. Au fil du temps, ces méthodes ont évolué, et les papyrus ont remplacé l’argile dans certaines régions.

L’ère des reçus médiévaux

Au Moyen Âge, avec le développement des guildes marchandes et des foires, la nécessité de tenir des registres écrits s’est accrue. Les marchands ont commencé à fournir des reçus écrits aux clients pour attester des transactions réalisées. Ces reçus contenaient des informations telles que la description des articles vendus, les quantités et les prix. Cependant, ces documents étaient souvent rudimentaires et n’avaient pas encore l’apparence du ticket de caisse moderne.

L’avènement de l’imprimerie

L’invention de l’imprimerie au XVe siècle a révolutionné la manière dont les informations étaient enregistrées et partagées. Au fur et à mesure que les techniques d’impression se sont améliorées, les tickets de caisse ont commencé à apparaître sous une forme plus standardisée. Ils étaient souvent inclus dans les livres de compte des marchands pour documenter les ventes quotidiennes.

L’ère industrielle et le développement du ticket moderne

Avec l’ère industrielle au XIXe siècle, le commerce de détail s’est développé de manière significative, et les magasins ont commencé à se multiplier. L’afflux de clients rendait nécessaire la mise en place de méthodes plus efficaces pour enregistrer les transactions. C’est à cette époque que les tickets de caisse, tels que nous les connaissons aujourd’hui, ont commencé à se répandre.

Les caissiers utilisaient des registres pour enregistrer les achats et remettaient aux clients des reçus manuscrits pour confirmer leurs transactions. Cependant, cette méthode était fastidieuse et sujette aux erreurs. L’introduction de caisses enregistreuses mécaniques à la fin du XIXe siècle a révolutionné le processus de vente au détail.

Le ticket de caisse moderne

Le tournant du XXe siècle a marqué l’essor du ticket de caisse moderne. Les premières caisses enregistreuses automatiques ont été inventées, permettant aux commerçants d’imprimer rapidement des tickets de caisse avec des informations claires et détaillées sur les achats. Ces tickets comprenaient généralement la description des articles, leur prix unitaire, le total de la transaction et parfois même la monnaie rendue.

L’ère numérique et l’avènement des reçus électroniques

Avec l’avènement de la technologie numérique, les tickets de caisse physiques ont commencé à être progressivement remplacés par des reçus électroniques. Les caisses enregistreuses modernes sont équipées de systèmes de point de vente (PDV) qui permettent d’envoyer des reçus par e-mail ou par SMS aux clients. Cela réduit la consommation de papier et facilite le suivi des dépenses pour les consommateurs.

Le ticket de caisse : de l’argile au numérique

À l’ère numérique actuelle, les tickets de caisse ont continué d’évoluer. Les avancées technologiques, comme les paiements sans contact et les portefeuilles électroniques, ont conduit à une disparition des tickets de caisse physiques au profit des reçus numériques. Cependant, même si la forme change, l’objectif principal des tickets de caisse demeure inchangé : garder une trace des transactions commerciales et faciliter la vie des consommateurs.

Avec sa disparition, pensez à le réclamer en format papier si votre achat est un cadeau, au cas où vous auriez à l’échanger (pour toutes celles et ceux, notamment les personnes âgées, qui n’ont pas d’adresse mail ou de téléphone portable).

L’histoire du ticket de caisse témoigne de l’importance des échanges commerciaux dans l’évolution de notre société. Des simples enregistrements d’argile aux reçus électroniques modernes, le ticket de caisse a parcouru un long chemin pour devenir un élément indispensable de notre vie quotidienne. Même s’il disparait, il continuera de jouer un rôle essentiel dans notre expérience de consommation sous forme numérique.

Crédit photo : Pixabay©
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance