Connect with us

Life

Les origines des vœux du Nouvel An : une tradition mondiale, des codes à respecter et les spécificités par pays

Publié

le

nouvel an - Vintage

À l’approche du Nouvel An, une tradition universelle prend place : celle des vœux. Chaque année, des milliards de personnes à travers le monde échangent des souhaits de bonheur, de santé et de prospérité. Mais d’où vient cette coutume et comment est-elle célébrée différemment d’un pays à l’autre ? Quels sont, en France, les codes à respecter ? Explorer les origines de cette tradition permet de comprendre la richesse culturelle qui entoure le passage à la nouvelle année.

Les origines antiques

L’habitude de faire des vœux au Nouvel An remonte à l’Antiquité. Les Babyloniens étaient parmi les premiers à célébrer le Nouvel An, mais en mars, marquant le début du printemps. Ils faisaient des promesses aux dieux pour obtenir leur faveur au cours de l’année à venir. Cette coutume a perduré dans différentes formes à travers les siècles et les civilisations.

Les Romains, eux, célébraient le Nouvel An en janvier en l’honneur du dieu Janus, le dieu aux deux visages, symbole de la transition et du passage du temps. C’est en -46 avant J.C. que Jules César introduit le calendrier moderne et fait du 1er janvier le début officiel de l’année.
Les vœux faits pendant ces célébrations étaient destinés à assurer une année favorable et à renforcer les liens sociaux.

Les croyances et superstitions

Dans de nombreuses cultures, les vœux du Nouvel An sont imprégnés de croyances et de superstitions. En Chine, par exemple, le Nouvel An lunaire est une période importante où les familles se réunissent. Les vœux sont souvent formulés en lien avec la chance, l’abondance et la prospérité. Les lanternes rouges, les feux d’artifice et les danses de dragons font partie intégrante de ces célébrations.

Les célébrations par pays

Au Japon, la tradition du “Hatsumode” voit des millions de personnes se rendre dans les temples pour prier et faire des vœux pour la nouvelle année. Les cloches des temples sonnent 108 fois pour éloigner les 108 péchés selon le bouddhisme.

Dans les pays occidentaux, le passage à la nouvelle année est souvent marqué par des feux d’artifice, des festivités et le fameux compte à rebours à minuit. Les vœux, formulés au moment du passage à la nouvelle année, sont souvent accompagnés de rituels tels que le baiser sous le gui, en France, pour porter bonheur.

Au Danemark, les gens grimpent sur des chaises et sautent à minuit pile, tapant le plus fort possible pour faire fuir le mauvais sort. Les Danois jettent aussi des assiettes à la porte de leurs amis. De nombreux débris signifient donc que vous avez de nombreux amis.

De leur côté, les Espagnols avalent douze grains de raisin, au rythme des douze coups de minuit pour passer une bonne année. Les douze grains symbolisent bien sûr chaque mois de l’année.

Aux Philippines, les fêtards enfilent des vêtements à pois qui, selon les Philippins, portent chance. Dans certains pays d’Amérique du Sud, ce sont les sous-vêtements de couleurs vives qui portent bonheur et rejettent le mauvais sort : ils sont rouges pour être heureux en amour et jaunes si vous souhaitez la réussite financière.

Autre tradition, en Finlande cette fois, on verse du plomb fondu dans de l’eau glacée et la forme prise par le métal refroidi indique que l’année sera bonne ou mauvaise.

Au Chili, les habitants balaient à fond leur maison à minuit pour en chasser les mauvaises énergies.

En Écosse, la tradition du « First Footing » veut que la première personne à franchir le seuil d’une maison après minuit apporte chance et prospérité. C’est souvent un homme brun qui a cette responsabilité.

En France, quelques règles à respecter

Si vous souhaitez respecter à la lettre les règles de bonnes manières en matière de vœux du Nouvel An, voici les 5 points essentiels à respecter :

1. C’est la personne à qui l’on doit le respect qui reçoit les vœux en premier. C’est donc à vous d’adresser vos vœux à vos parents, vos grands-parents et à votre patron. Que ce soit par téléphone, par sms, par courriel ou par lettre manuscrite.

2. Écrivez une carte ou une lettre manuscrite. À l’époque du numérique, envoyer une simple lettre sur papier blanc, ou sur une simple carte de qualité sans visuel vous démarquera du lot. Cette pratique se fait de moins en moins et marque un profond respect envers le destinataire.

3. N’attendez pas la date limite. Certes vous avez jusqu’au 31 janvier pour adresser vos vœux, mais attendre le dernier jour indique que pour vous, les vœux sont une corvée et cela manque d’élégance. L’idéal est d’adresser vos vœux entre le 1er et le 10 janvier.

4. De la même façon qu’on ne souhaite pas “Bon appétit” avant de débuter un repas (on ne dit simplement rien, et encore moins “Bonne dégustation”), on ne parle pas d’argent dans ses vœux. C’est déplacé et contre toutes les règles de bienséance.

5. N’adressez pas vos vœux de bonne santé à n’importe qui. En effet, dans les milieux mondains et depuis très longtemps, on souhaite la bonne santé à ses amis proches, la famille ou aux personnes âgées de votre cercle relationnel.

Les vœux du Nouvel An sont une tradition mondiale qui puise ses racines dans l’histoire ancienne de différentes cultures. Qu’il s’agisse de promesses faites aux dieux, de rituels pour conjurer le malheur ou de simples souhaits de bonheur, cette coutume transcende les frontières géographiques et culturelles. Chaque pays apporte sa propre saveur à cette tradition, reflétant la diversité et la richesse du patrimoine mondial. Alors, que vos vœux pour la nouvelle année soient empreints de traditions anciennes ou de célébrations contemporaines, ils témoignent tous de l’espoir et de l’optimisme qui accompagnent le passage d’une année à l’autre.

Crédit photo : Pixabay
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance