Connect with us

Motors

Faites enlever gratuitement votre épave de véhicule

Publié

le

On estime à environ 1,5 million le nombre de voitures qui, en France, deviennent chaque année des épaves. Une quantité impressionnante qui nous rappelle que, une fois sorties des salons automobiles ou autres showrooms qui éclairent de leurs puissants sunlights ces carrosseries rutilantes, les automobiles ont un début et une fin, pour la grande majorité.
epave-voiture-1-pixabay

Abandonner une épave est passible de sanctions.

L’automobile : un bien de consommation comme un autre

L’automobile est devenu un produit jetable, au même titre que l’électro-ménager, les téléviseurs, l’informatique ou tout autre type d’appareil. Il fût un temps où les dépanneurs redonnaient une seconde vie à ce matériel devenu attachant. Le 21ème siècle se veut éphémère et ultra libéral. On ne prolonge plus la vie de nos objets, on les remplace.

Voiture vintage et voiture moderne

Pour l’automobile, le phénomène est plus nuancé. Deux cas de figures existent : la voiture rétro et l’auto contemporaine. La première est de plus en plus recherchée, « mode » du vintage oblige. Pour une ancienne, le passionné n’hésitera pas à investir, bichonner, réparer, restaurer et dorloter.

La voiture contemporaine elle, est de plus en plus considérée comme un produit jetable. L’augmentation des locations longue durée le démontre, les automobilistes se détachant peu à peu de leur véhicule, qui autrefois faisait un peu partie de la famille. En 2017 les priorités sont : entretien minimal, coût contenu et renouvellement rapide du produit.

Le conducteur du 21ème siècle change plus souvent de voiture

Il n’était pas rare dans les années 70 de voir les conducteurs conserver leur auto 10, 20 ou 30 ans. La loi de l’éphémère en a décidé autrement, ce qui ne va pas faire diminuer le nombre d’épaves dans la nature.

epave-voiture-2-pixabay

Épave : véhicule qui ne répond plus aux normes de sécurité pour rouler.

Mais au fait, c’est quoi une épave ?

On définit comme épave un véhicule qui ne répond plus aux normes de sécurité pour rouler. Il s’agit le plus souvent d’une voiture ancienne ou accidentée, au moteur cassé, freins inefficaces ou toute autre fonction primordiale endommagée pour un roulage en sécurité.

Des épaves qui défigurent le plus souvent nos paysages, même si parfois certaines « casses » improvisées dégagent une espèce de charme mystérieux, mélangeant nature et vieilles carrosseries. Ces endroits existent et inspirent même certains photographes, ce fût le cas du preneur d’images allemand Dieter Klein, qui inspiré par la découverte en 1999 d’un vieux camion Citroën des seventies dans le sud-ouest de la France, décida de consacrer plusieurs années de sa vie à la traque de casses et d’épaves.

Un conte de fée qui a ses limites

« Je suis à la recherche de l’histoire de la voiture et de sa transformation dans un paysage magnifique. Ma fascination ne vient pas d’un attachement particulier aux voitures, mais de l’envie de créer des images, qui naviguent entre le royaume des contes de fées et la mythologie », expliquait-t-il au magazine en ligne Slate.

Mais le royaume des contes de fée a ses limites. Une épave peut être également dangereuse et polluante. Dangereuse parce que des enfants peuvent jouer dedans et se blesser ou encore, le véhicule peut prendre feu. Polluante par les matériaux qu’elle renferme et ses déchets néfastes (batteries, liquides..), qui peuvent polluer les sols et les nappes phréatiques.

Un phénomène récurrent dans les DOM

Une pollution qui peut aussi être visuelle, c’est le cas des automobiles laissées à l’abandon sur le bord des routes, dans un champ ou un chemin forestier. Certains habitants de nos magnifiques DOM comme la Guadeloupe, la Martinique ou la Guyane peuvent le confirmer. Il est en effet assez fréquent de voir en bords de routes de ces îles superbes des carrosseries de voitures mourantes, ou autres monticules de batteries usagées. Une désolation pour les yeux, comme pour la terre.

epave-voiture-3-pixabay

Même si certains épaves ont du charme, c’est une désolation pour les yeux comme pour le terre.

L’Ile-de-France n’est pas en reste

En métropole, Paris et sa banlieue compte également son lot d’épaves. Celle que l’on appelle également véhicule hors d’usage (VHU), autrement dit une épave, ne manque pas non plus sur les bords des routes franciliennes, de vieux parkings ou chemins isolés.

Là encore une désolation pour les yeux, et notre terre. Il est bon à l’encontre de ceux qui n’hésitent pas à « abandonner » leur véhicule, en retirant le plus souvent plaques d’immatriculations et numéros de série, de rappeler qu’ils ont une responsabilité face à ce phénomène et qu’il existe des sanctions.

Attention aux sanctions en cas d’abandon d’épave

La première est un emprisonnement qui peut aller jusqu’à 2 ans et la seconde, une amende qui peut monter jusqu’à 75 000 euros, soit le prix d’une très belle berline. Les autos en fin de vie doivent en effet faire l’objet d’une procédure de destruction par le propriétaire, auprès d’un enlèvement d’épave gratuit

Des solutions gratuites et en toute légalité

Vous trouverez facilement un épaviste gratuit en France, comme en Ile-de-France. Ce centre spécialisé dans l’enlèvement d’épaves vous permettra de régler votre problème automobile en toute légalité et précision importante, gratuitement.

Votre enlèvement pourra alors se faire quelque-soit l’endroit où se situe le véhicule; parking d’immeuble, maison, campagne ou ville et même en parking souterrain, dans tous les départements d’Ile-de-France.

Paris et banlieue

Pour les franciliens, que vous habitiez le Val-d’Oise (95), le Val-de-Marne (94), la Seine-Saint-Denis (93), les Hauts-de-Seine (92), l’Essonne (91), les Yvelines (78) ou la Seine-et-Marne  où vous trouverez un épaviste 77 agréé VHU , vous pourrez alors trouver une solution pour vous débarrasser d’un véhicule dit « épave », qu’il soit automobile, moto, scooter, camion ou camionnette. Il en est de même pour les parisiens, qui peuvent également faire appel à un centre agréé VHU.

epave-voiture-4-pixabay

Il est possible de faire retirer une épave gratuitement.

Simple comme un coup de fil

Une information à garder dans un coin de votre tête ou à noter sur un carnet, afin d’éviter que les carcasses ne continuent de polluer nos villes, nos campagnes, en passant simplement un coup de fil pour un service qui sera 100% gratuit.

Les épaves de bateaux ont un charme, celles des véhicules beaucoup moins alors même si les carcasses sont parfois vintage, autant qu’elles soient enlevées par des professionnels, qui eux recycleront 80% du véhicule. Un geste pour les yeux et pour la planète, qui en a bien besoin.

Les démarches à suivre pour faire retirer une épave

Le jour où vous déciderez de faire retirer une épave vous appartenant, vous devrez télécharger un certificat de non gage de moins de 15 jours vierge, en ligne, ainsi que trois exemplaires de certificat de cession.

Il faudra également fournir une photocopie de votre carte d’identité recto/verso et fournir la carte grise du véhicule concerné.

Le centre agréé prendra votre certificat de non gage, remplira les certificats de cession et vous en remettra un. Un certificat de destruction vous sera ultérieurement remis (une fois que votre véhicule sera acheminé dans un centre de destruction VHU agréé par la préfecture), il déclenchera automatiquement l’annulation de l’immatriculation de votre véhicule, ce qui vous permettra de résilier votre assurance.

Pensez à barrer votre carte grise en indiquant la mention « cédée pour destruction » quand vous la remettrez au centre agréé VHU. Ce dernier vous remettra en échange un récépissé de prise en charge pour destruction (CERFA N°12514*01) et en enverra un à la préfecture.

L’enregistrement par la préfecture prendra entre 20 et 45 jours. Vous voilà informés des démarches à suivre pour vous séparer d’une épave dans les règles de l’art et en respectant la planète, c’est maintenant à vous de jouer !

epave-voiture-5-pixabay

Contactez un centre agréé VHU.

Crédit photo : Pixabay
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance