Connect with us

Actu Vintage

Starsky et Hutch : le “pilote” de la série culte des années 70 diffusé sur Freebox Replay

Publié

le

David Soul Paul Michael Glaser Starsky and Hutch 1975 - Vintage

À l’occasion du décès de l’acteur américain David Soul survenu jeudi 4 janvier 2024, célèbre pour avoir incarné le personnage de Kenneth Hutchinson, alias “Hutch” dans la série Starsky & Hutch, l’opérateur Free diffuse via sa plateforme Freebox Replay le “pilote” de la série. Un épisode culte et vintage réalisé par Barry Shear et sorti en 1975.

Le but d’un “pilote” dans une série télévisée est de présenter aux distributeurs, diffuseurs mais également téléspectateurs un épisode-test d’une série, afin de voir si le programme intéresse les professionnels comme le publique.

Starsky & Hutch : diffusion du “pilote”

Depuis ce matin, Free diffuse le “pilote” de la série Starsky & Hutch sur sa plateforme Freebox Replay. Un programme d’une heure et dix minutes, sans le célèbre générique que tout le monde connaît et un capitaine Dobey (prononcé “Dobi” dans ce “pilote”) interprété par Richard Ware, et non pas Bernie Hamilton, qui jouera le rôle du capitaine Dobey à partir de l’épisode 1 de la série, sorti juste après le “pilote”.

Dans le “pilote”, Starsky & Hutch se connaissent déjà. Le premier roule dans une Ford Torino rouge de 1974 traversée d’un “Z” blanc, porte un Smith & Wesson model 59 dans son holster et mesure 1,78 mètre. Il vient d’un milieu pauvre. Le second quant à lui roule dans une Ford Galaxy 500 LTD de 1973 beige et est équipé d’un Python 357 Magnum. Il mesure 1,84 mètre et vient d’un milieu plutôt bourgeois.

Dans ce “pilote”, on découvre également le célèbre “indic” Huggy Jackson, plus connu sous le nom de “Huggy les bons tuyaux ”, interprété par le célèbre Antonio Fargas.

Le synopsis du “pilote” : Un jeune couple est assassiné une nuit alors qu’ils flirtent dans leur voiture, une Ford Torino rouge zébrée blanc ! La même que celle dans laquelle roule Starsky. Coïncidence plutôt étrange qui amène les deux flics à enquêter sur cette affaire.

À noter que dans cet épisode-test, le nom de code de patrouille de Starsky & Hutch est “Zèbre 3” et non pas encore “Zèbra 3”, petit détail que les puristes pourront noter en visionnant le “pilote”.

Profitons-en pour revenir sur cette série mythique des années 70, diffusée entre le 10 juin 1978 et le 9 décembre 1984 sur la chaîne TF1.
Au cœur des années 70, une série télévisée allait captiver le public avec son mélange unique d’action, d’humour et de camaraderie. « Starsky & Hutch », créée par William Blinn, est devenue l’une des séries les plus emblématiques de son époque. Découvrons la genèse et l’histoire fascinante de cette aventure policière qui a marqué toute une génération.

La Genèse

L’idée originale de Starsky & Hutch est née de la collaboration entre le producteur Aaron Spelling et le scénariste William Blinn. Spelling, déjà bien connu pour ses succès dans le monde de la télévision, voulait créer une série policière qui se démarquerait des autres. Blinn, quant à lui, avait une vision particulière, inspirée de sa propre expérience de vie.

La série a été conçue comme une sorte de mélange entre le réalisme urbain de New York et une approche plus décontractée de la justice. L’équipe créative cherchait à explorer les relations entre les personnages principaux tout en offrant une dose d’action et d’humour.

Le Casting

Le choix du casting a été crucial pour donner vie à cette vision. Paul Michael Glaser a été choisi pour incarner le détective David Starsky, un flic aux méthodes parfois controversées, mais profondément attaché à la justice. Son partenaire, le détective Ken « Hutch » Hutchinson, a été interprété par David Soul, un personnage plus calme et réfléchi. David Soul avait été repéré lors de son rôle de motard de la police de San-Francisco dans le film “Magnum Force”, sorti en 1973 avec Clint Eastwood, qui renfilait pour la deuxième fois son costume d’inspecteur Harry.

Le duo formé par Glaser et Soul a rapidement trouvé une chimie naturelle, ce qui a grandement contribué au succès de la série. Leur relation à l’écran, teintée d’humour et de complicité, a été l’un des éléments clés du charme de Starsky & Hutch.

L’Impact

« Starsky & Hutch » a fait ses débuts en 1975 aux États-Unis et a immédiatement captivé le public. La série était novatrice à bien des égards, notamment grâce à son style de réalisation dynamique, ses dialogues percutants et sa bande-son mémorable composée par Lalo Schifrin.

La Ford Gran Torino rouge et blanche, surnommée la « Zèbre », est devenue emblématique et indissociable de la série. Son rugissement caractéristique et ses cascades spectaculaires ont ajouté une dimension unique aux aventures de Starsky & Hutch. Dans la série, il s’agit de la troisième génération de Torino, un modèle V8 de 7 536 cm3 développant 375 chevaux et pouvant atteindre la vitesse de 225 km/h. Pesant 1 850 kg, cette Ford Torino affichait 5,40 mètres de longueur pour 2,08 mètres de large et 1,33 mètre de hauteur.

La série a également abordé des thèmes sociaux sensibles de l’époque, tels que la drogue, la corruption policière et le crime organisé, ajoutant ainsi une profondeur supplémentaire à l’intrigue.

La fin de l’aventure

Malgré son succès initial, « Starsky & Hutch » a connu une baisse d’audience au fil des années. La série a pris fin en 1979 après quatre saisons et 93 épisodes. Cependant, son impact culturel a perduré au fil des décennies, et elle est aujourd’hui considérée comme l’une des séries les plus emblématiques des années 70.

« Starsky & Hutch » reste gravée dans la mémoire collective en tant que série télévisée qui a su allier action, humour et camaraderie de manière inédite. Le duo de détectives, leurs aventures palpitantes et la musique emblématique ont laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la télévision, faisant de cette série une véritable légende des années 70.

Crédit photo : ABC Television© – Wikimedia
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance