Connect with us

Motors

Essai : Royal Enfield Classic Chrome, le bon rapport prix/look et prestations

Publié

le

Royal Enfield est une des plus anciennes marques de motos. Fondée en 1892, elle est passée comme sa cousine anglaise Jaguar sous giron indien et continue sa production, passée à plus de 300 000 unités en 2016. Nous avons essayé le modèle Classic Chrome 500 cm3, un bon rapport qualité/prix/look.
royal-enfield-classic-chrome-essai-2017-monsieur-vintage-une

Royal Enfield Classic Chrome 500 cm3 : le charme de l’ancien associé à l’injection.

Une des plus vieilles marques de moto

Royal Enfield est une des plus vieilles marques de motos sur le marché actuel. Fondée en 1892 elle est aujourd’hui la propriété du constructeur indien Eicher Motors. Le fabricant rouvert une concession à Londres en 2014 et lancé un nouveau modèle dans sa gamme en 2016 : l’Himalayan. Après un fort développement en Inde, la marque espère bien reconquérir des parts de marché en Europe, sur une base de prix attractifs face à la concurrence.

Des motos vintage

Royal Enfield nous a proposé d’essayer un modèle de leur gamme : la Classic Chrome 500 cm3. Ce qu’il y a de bien avec cette enseigne indienne à culture anglaise, c’est qu’on est sûr de tomber à coup sûr sur un modèle vintage, leur collection n’étant faite que de cela, hormis désormais le trail Himalayan de 410 cm3, looké aventure.

Service à l’anglaise chez Bella Moto

C’est la concession Bella Moto, situé à Crosne dans l’Essonne (plus de détails en cliquant sur ce lien) qui a eu la gentillesse de nous livrer la machine, mais également de la récupérer, un service so british, il ne manquait plus que le thé. Bella Moto est revendeur Royal Enfield, Benelli, Bullit, Keeway, KSR, LML, Orcal et SWM.

N’ayant jamais essayé de « Royal » l’exercice m’intéressait d’autant plus. Le modèle fourni ne dispose que de la selle monoplace du pilote, à l’ancienne et monté sur suspensions à ressorts, le ton est donné.

Dans sa livrée marron/argent avec réservoir bicolore, sa selle vintage et son garde-boue arrière épuré, cette Classic Chrome a un bon look, résolument vintage. Les suspensions arrière sont à bras oscillant avec 2 amortisseurs à gaz, la suspension avant est télescopique avec amortisseur hydraulique.

Épurée et fonctionnelle

Le petit compteur rond posé à plat est épuré lui aussi et il donne juste l’essentiel : vitesse, kilométrage. Heureusement il est complété en dessous et à droite d’un indicateur de réserve. Pour le démarrage c’est au chaud, soit électrique, soit au kick. Ce dernier nous a permis de faire vrombir la bête malgré un coup de froid sur la batterie, qui n’a pas aimé le coup de froid brutal qui s’est abattu sur Paris ces derniers jours.

royal-enfield-classic-chrome-essai-2017-monsieur-vintage-7

Compteur simple et épuré, avec indicateur de réserve.

Un kick bien pratique

Un élément bien pratique ce kick quand il s’agit de démarrer sans jus. Après quelques amorçages, il envoie rapidement pour faire vrombir le monocylindre de 499 cm3, dans un bon bruit vintage lui aussi.

Position naturelle et reposante

Une fois en selle, la position est droite, « à la Tintin ». Les pieds sont bien posés à plat sur les repose-pieds, les mains se posent très naturellement sur les poignées et la selle est confortable. Un confort d’autant plus appréciable quand on passe sur les routes pavées parisiennes, puisque que les 2 amortisseurs situés sous la selle amortissent parfaitement les imperfections de la route, ce qui est très agréable en comparaison de nombreux modèles contemporains que nous avons eu l’occasion d’essayer. Un bon point confort.

royal-enfield-classic-chrome-2

La selle sur ressorts : un bon point pour le confort !

Très à l’aise en ville

En ville, la machine se déplace sans encombre. Comme on s’y attendait, le freinage est vraiment moyen. La Classic est arrêté à l’avant par un simple disque de 280 mm pincé par un étrier à 2 pistons, et d’un tambour de 152 mm à l’arrière, pour 187 kg sur la balance c’est un peu juste. Mais attention, le freinage n’est pas non plus celui d’une Chevrolet Bel Air ou d’une Ford Mustang Fastback, la Royal Enfield elle, s’arrête en cas d’urgence !

Idéale sur les routes de campagne

Maniable, facile de prise en mains, la Classic Chrome est idéale pour la balade urbaine en douceur. Nous avons également essayé la moto sur nationales, routes de campagnes et autoroutes. Pour la ville, la campagne sur petites routes et même en montagne, cette Royal Enfield est un jouet vintage très agréable et à l’aise. Pour l’autoroute c’est une autre histoire, la prise au vent est là, normal puisqu’il n’y a aucune protection. Mais en dehors de la prise au vent ce qui pêche pour l’autoroute avec notre modèle d’essai, c’est sa puissance et sa vitesse maximale, difficilement poussée à 140 km/h compteur.

Ce n’est pas une bête de course

Pas une bête de course ça on le savait avant essai, cette Classic est néanmoins sobre avec une consommation moyenne de 4 litres aux 100 km. Le réservoir contenant 14,5 litres, prévoyez une autonomie moyenne de 350 km.

Un borborygme intéressant

À « haute » vitesse, la moto vibre et a tendance à guidonner un peu, mais son couple conséquent de 41,3 Nm à 4000 tr/mn rend la machine souple et très agréable, pouvant repartir sans problème en sous-régime dans un bruit typique du gros monocylindre. Dans Paris, on a beaucoup apprécié la souplesse d’utilisation, le son à la sortie du très joli pot latéral chromé (le chrome est très présent sur cette Classic Chrome, normal..) et le confort global.

royal-enfield-classic-chrome-essai-2017-monsieur-vintage-5

Les veilleuses intégrées à l’avant.

Selle passager en option

Seule frustration : l’absence de selle pour le passager, notre photographe a été obligé de prendre sa voiture pour notre shooting photo, mais vous pouvez facilement palier à ce manque en prenant l’option selle passager, au prix de 180 euros en entrée de gamme. Un tarif qui monte jusqu’à 277 euros en fonction du modèle de selle choisi.

Nombreux rangements

La Classic Chrome dispose de nombreux petits rangements latéraux, que nous avons trouvés difficiles à ouvrir. Le look d’ensemble de la moto est très chouette, les amateurs de vintage seront ravis, d’autant qu’à une époque où le néo-rétro est très à la mode, les constructeurs n’hésitent pas à saler la note de leurs modèles vintage, ce qui n’est pas le cas de Royal Enfield, qui propose ce modèle Classic Chrome 500 cm3 à 5 965 euros. Très abordable.

Prix d’entrée à 4 995 euros

Le prix d’entrée chez Royal est situé à 4 995 euros pour la Bullet Standard, le prix élevé concerne la Continental GT535 vendue 6 275 euros (look Café Racer).

Simple, fonctionnelle, maniable et dotée d’un vrai look, cette Classic Chrome nous a séduits par un bon rapport prix/sensations. Nous lui attribuons la note de 16/20.

Les plus

Le look
Le son
Le kick
La selle
Simplicité

Les moins

Freinage
Point mort pas très facile à trouver

Fiche technique

Royal Enfield Classic Chrome 500 cm3
Tarif : 5 965 euros (avec selle monoplace)

Moteur monocylindre 4 temps
Cylindrée : 499 cm3
Puissance : 27 chevaux
Refroidissement : par air
Démarrage : électrique ou par Kick manuel
Injection électronique
Couple : 41,3 Nm à 4 000 tr/mn
Vitesse de pointe : 135 km/h
Boîte de vitesse à 5 rapports
Suspension avant : télescopique, amortisseur hydraulique
Suspension arrière : bras oscillant avec 2 amortisseurs à gaz
Freins avant : 1 disque simple 280 mm avec étrier 2 pistons
Freins arrière : tambour de 152 mm
Pneu avant : 90x90x19
Pneu arrière : 110x90x18
Réservoir : 14,5 litres
Autonomie : 350 km
Consommation : 3,5 litres aux 100 km
Échappement : 1 pot latéral à droite
Poids : 187 kg

Crédit photo : Éric Bodin & Philippe Pillon / Royal Enfield©
 
1 commentaire

1 commentaire

  1. salle de sport euralille

    10/01/2017 at 10h28

    Merci pour toutes ces précieuses informations.

     

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance