Connect with us

Auto

Le salon Époqu’auto se tiendra à Lyon les 4,5 et 6 novembre 2022

Publié

le

epoquauto affiche mv resize - Vintage

Le salon Époqu’auto se tiendra à Lyon les 4,5 et 6 novembre 2022. À édition exceptionnelle, affiche exceptionnelle avec une magnifique réalisation visuelle du célèbre studio Harcourt. Suivez le guide, MONSIEUR VINTAGE vous dit tout.

epoquauto affiche mv resize - Vintage

La superbe affiche d’Époqu’auto 2022 a été réalisée par le célèbre studio parisien Harcourt©

10 000 M² de plus

Plébiscité l’année dernière par plus de 82 000 visiteurs, le grand rendez-vous des automobiles anciennes revient, les 4, 5 et 6 novembre en version XXL. Agrandi d’un hall supplémentaire de 10 000 m² pour accueillir encore plus d’exposants, Époqu’auto qui se tiendra sur 8 hectares, proposera de nouveaux temps forts, qui viendront rythmer ces trois journées de passion mais aussi des nouveautés afin de toujours surprendre les visiteurs.

Fabuleuse affiche signée Harcourt

L’affiche exceptionnelle, conçue en collaboration avec le légendaire Studio Harcourt, suffit à dire la place qu’occupe aujourd’hui Époqu’auto dans le calendrier des grands rendez-vous attendus par les passionnés de véhicules anciens. Cette splendide photo d’art, marquée d’un style reconnaissable entre tous, a été réalisée l’année dernière sur le salon. Dévoilant un modèle Lancia, qui sera l’un des plateaux phares du salon 2022, elle constitue le coup d’envoi majestueux pour une 43ème édition placée sous le signe de l’élégance. Elle symbolise également le travail inlassablement mené par les bénévoles du Club des 3A, organisateur de l’événement, qui s’applique depuis des années à parfaire les conditions d’accueil de son salon.

Du 4 au 6 novembre 2022, Eurexpo accueillera donc l’événement phare de la fin d’année pour tous ceux qui aiment les voitures de légende. L’année dernière, plus de 80 000 visiteurs s’étaient déplacés, soit 20 % de plus qu’en 2019, dernière année de référence. Pour répondre à cet engouement qui grandit d’année en année, le salon franchira pour la première fois de son histoire la barre des 80 000 m² de surface d’exposition, ajoutant 10 000 m² supplémentaires à l’espace occupé en 2021.

Une orientation améliorée

Plus grand et toujours plus étonnant, Époqu’auto apportera cette année encore son lot d’innovations, pour rendre la visite toujours plus agréable. En premier lieu, bien entendu, avec l’ouverture d’un nouveau Hall, qui fluidifiera les déambulations. Après les Halls 4, 5, 6 et 7, le Club des 3A a jeté son dévolu sur le Hall 3. Et pour éviter que cette nouvelle extension rende le parcours de visite plus compliqué, l’organisateur a décidé d’ouvrir une « autoroute » reliant l’ensemble des Halls. « C’est une espèce de dorsale, qui distribue tous les Halls et qui sera identifiée par un revêtement de sol bleu, au lieu du rouge qui habille les autres allées », explique Claude Passot. Ainsi, les visiteurs qui connaissent mal Eurexpo et la disposition en étoile du salon pourront s’orienter très simplement.

2 ventes aux enchères

Innovation également au niveau de la vente aux enchères. Ou plutôt, des ventes aux enchères, puisque cette année Époqu’auto en proposera deux. Considérée comme le temps fort du dimanche après-midi, la traditionnelle vente aux enchères menée par le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat s’adressait jusque-là uniquement aux passionnés d’automobiles anciennes. Désormais, les motards auront eux aussi leur rendez-vous. Samedi 5 novembre, Jean-Pierre Osenat animera en effet une vente qui sera exclusivement consacrée aux deux roues. Bien plus qu’un simple clin d’œil, ce choix des organisateurs consacre la montée en puissance régulière de l’espace moto et le nombre sans cesse croissant de visiteurs qui le fréquentent. Enfin, le Dôme d’Eurexpo accueillera cette année un plateau exceptionnel pour fêter les 40 ans du Club BMW France, qui présentera à cette occasion un plateau d’une richesse rarement dévoilée.

Le sport auto à l’honneur

Déjà placé sous le feu des projecteurs chaque année, avec le plateau présenté sur le stand Autodiva de Gérard Gamand, le sport automobile bénéficiera lui aussi d’une mise en lumière particulière à l’occasion de cette 43ème édition. « Il ne s’agira pas d’un plateau spécifique, mais plus exactement d’un ensemble de rendez-vous au gré du salon », précise le Commissaire général. Des écoles de pilotage viendront présenter leurs activités, des voitures de rallyes seront exposées… Tous les éléments d’un parcours dédié au sport auto en quelque sorte, qui fera non seulement écho au plateau Autodiva, consacré cette année aux monoplaces AGS (Automobiles Gonfaronnaises Sportives), mais aussi au focus consacré aux modèles sport de Ford.

Le sport s’invitera également dans le Dôme, avec la remise du Trophée des régions. Ces prix, qui récompensent les lauréats des rallyes de régularité de l’année écoulée, sont remis traditionnellement pendant Époqu’auto. Mais cette année, les organisateurs ont décidé de leur donner une plus grande visibilité, en demandant à François Allain de les remettre officiellement sur le podium le samedi à 11 heures.

Ford Europe : une légende américaine

Comme tous les ans, les visiteurs pourront prendre contact avec les trois plateaux vedette dès leur arrivée sous le Dôme d’Eurexpo, où sera installée une sélection de modèles emblématiques. Et ce sera bien entendu le cas du constructeur américain Ford, auquel Époqu’auto dédie son plateau populaire. Les visiteurs du salon auront la chance de profiter d’un plateau d’une richesse exceptionnelle aux multiples entrées : Ford France, Ford Angleterre, Ford Allemagne et, enfin, Ford Europe. Un véritable voyage à travers le temps et les « révolutions » de cette marque emblématique, qui se poursuivra aussi grâce au plateau Ford Performance et au plateau Véhicules Utilitaires.

Né en 1903 à l’initiative d’Henry Ford, le constructeur symbolise à lui seul des mutations majeures, qui ont ciselé l’ensemble de l’industrie automobile et manufacturière mondiale. À commencer par cette méthode de travail inspirée du Taylorisme et baptisée Fordisme, qui structura la fabrication de la mythique Ford T. Né en 1908, ce modèle a créé la légende de Ford, non seulement aux États-Unis mais également sur les autres continents. Produite sous licence à Bordeaux dans les années 20, elle constituera bien évidemment l’un des joyaux du plateau Ford, qui sera installé dans le Hall 5. Elle voisinera avec d’autres modèles plus récents, mais qui ont aussi enrichi l’histoire du constructeur de Détroit : Ford Taunus, des Ford Escort, des Ford Cortina… Au total, une soixantaine de voitures devrait être présentée, avec l’appui de nombreux clubs de passionnés.

Lancia : dans la tradition des sportives italiennes

Né à Turin et plus jeune que Ford de trois ans, le constructeur italien sera fêté sur le Plateau Prestige. Aujourd’hui propriété du groupe Stellantis, la marque est restée dans le giron de Fiat entre 1969 et 2014, après avoir été achetée par le Pdg d’Italcemlenti en 1955. Comme beaucoup de constructeurs italiens, Lancia s’est d’abord fait un nom grâce au sport automobile, détenant encore aujourd’hui le plus grand nombre de succès en championnat du monde des Rallyes. Toutefois, Lancia ne s’est pas contenté de briller dans le sport auto. Dès 1912, le constructeur sort un premier poids lourd et il ne stoppe cette activité qu’en 1975, lorsqu’elle est absorbée par Iveco. Pour raconter son histoire, néanmoins, c’est un plateau composé d’une trentaine de voitures que les organisateurs d’Époqu’auto ont convoqué, dans le Hall 4, où Bentley avait brillé l’année dernière.

L’Association des Clubs de Marque Automobile Française : un rendez-vous avec l’Histoire

Etait-il possible de réunir un plus fantastique panel de constructeurs de prestige français pour plonger les visiteurs dans le Plateau Historique ? De Delage à Salmson, en passant par Delahaye, Facel Vega, Bugatti, Panhard & Levassor, ou encore Hispano Suiza, Hotchkiss, Talbot et Avions Voisin, l’Association des Clubs de Marque Automobile Française (ACM) rassemble tous les noms légendaires qui ont écrit l’histoire de l’automobile en France. C’est à cette incroyable fédération de clubs que les organisateurs ont fait appel cette année. Des passionnés qui dévoileront quelques-uns des plus beaux modèles qui ont témoigné durablement du savoir-faire français. « Nous devrions présenter une vingtaine de voitures », assure Alain Guillaume. Installés dans le Hall 7, ces modèles aux dimensions imposantes disposeront d’un espace suffisamment conséquent pour rayonner devant les yeux des visiteurs.

Dans la plus pure tradition d’Époqu’auto

Pour tous les habitués du salon, Époqu’auto n’aurait assurément pas le même attrait si ses partenaires traditionnels n’étaient pas là. Les spécialistes des véhicules industriels retrouveront comme tous les ans la Fondation Berliet. Fidèle au rendez-vous, la Fondation dévoilera son plateau dans quelques semaines. Dans le même temps, un air de fête soufflera sur l’espace dédié aux véhicules utilitaires, qui investira le Hall 6. « Nous allons essayer de simuler une station-service avec un bistrot – Guinguette », précise le Commissaire général du salon, qui s’appuiera sur l’association PTRA (Patrimoine du Transport Routier Ancien) pour mettre en œuvre cette animation.

Dans cette perspective, les organisateurs ont accepté d’augmenter de 300 m² la surface du plateau réservé aux clubs de véhicules utilitaires. Un peu plus loin, toujours dans le Hall 6, le plateau des Youngtimers sera consacré aux cabriolets. Comme tous les ans, Hubert Vildrac, le responsable de ce plateau, ira piocher des modèles emblématiques aux quatre coins de la planète. D’ores et déjà, il annonce une Honda S2000, Mazda MX5, Mercedes SL… « Et peut-être une Ferrari un peu spéciale », ajoute-t-il.

Scooters & Moto Guzzi à l’honneur

Enfin, également installé dans le Hall 6, le plateau moto reviendra quant à lui sur deux sagas qui ont accompagné la génération des sixties. Un premier coup de projecteur sera mis sur la production des fabricants de scooters, de Vespa à Lambretta, en passant par Monnet-Goyon… Les organisateurs s’appuieront sur le Scooter Club de France pour monter ce plateau. L’autre vedette de l’espace moto sera la marque italienne Moto Guzzi. Époqu’auto prendra le temps de raconter, au travers de ses modèles, sur l’histoire de ce constructeur né en 1921 près du lac de Côme.

Dates & horaires

Vendredi 4 novembre : 9h00 / 21h00
Samedi 5 novembre : 9h00 / 19h00
Dimanche 6 novembre : 9h00 / 18h00

Lieu

Eurexpo (Lyon – Chassieu)

À ne pas manquer

Vente aux enchères motos : Samedi 5 novembre à partir de 14h00
Vente aux enchères autos : Dimanche 6 novembre à partir de 14h00

Tarifs

Tarifs Adultes : 15€, achat en ligne 14€ jusqu’à l’ouverture du salon Etudiants : 12 € sur présentation de la carte d’étudiant valable pour l’année 2022/2023 Personne en fauteuil : gratuit et billet à 12 € pour un accompagnant Visiteurs avec carte d’invalidité : 12€ Enfants de – de 12 ans : gratuit.

Parking P4 offert par le club des 3A pour les véhicules de collection (de plus de 30 ans) et pour les motos.

Crédit photo : Époqu'auto©
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance