Connect with us

Life

Bac 2023: les 6 différences entre le bac des années 50 et les années 2020

Publié

le

Bac 2023 ; jeune fille en rouge devant tableau noir
On repense souvent à certaines étapes de la vie et généralement le baccalauréat en est une importante. On va dresser une liste des 6 différences et si vous avez des souvenirs de cette période: on attend vos commentaires.

Bac 2023 ; jeune fille en rouge devant tableau noir

1ère différence : la durée de l’examen du bac

Dans les années 50, l’examen du baccalauréat se déroulait sur une période de 3 à 4 jours, avec une épreuve par jour. Aujourd’hui, l’examen est étalé sur deux semaines, avec des épreuves qui se tiennent du matin jusqu’au soir.

Cette évolution est liée à la complexification de l’examen et à l’ajout de nouvelles épreuves. Par exemple, le baccalauréat professionnel a été créé en 1985 et comprend des épreuves pratiques, comme la réalisation d’un projet en entreprise. De plus, la création d’options spécifiques a conduit à une multiplication des épreuves.

2ème différence : le nombre de matières

Dans les années 50, le baccalauréat portait principalement sur les matières fondamentales telles que le français, les mathématiques, l’histoire-géographie et les langues vivantes. Aujourd’hui, le baccalauréat comprend une grande variété de matières, y compris des options spécifiques, comme la musique ou l’arts plastiques.

Par exemple, en 2021, le baccalauréat général comprenait 12 matières obligatoires et 38 options. Ces options permettent aux élèves de personnaliser leur parcours et de se spécialiser dans des domaines qui les intéressent. Vous voulez des options originales : le gouren (lutte bretonne) , le surf (lutte avec l’océan) , ou encore le théâtre.

3ème différence : le niveau de difficulté

Dans les années 50, le baccalauréat était considéré comme un examen difficile et sélectif, réservé aux élèves les plus brillants. Aujourd’hui, le baccalauréat est devenu un examen quasi-obligatoire pour tous les élèves de terminale, quel que soit leur niveau scolaire.

Cette évolution est liée à la massification de l’éducation et à la volonté de donner à tous les élèves les mêmes chances d’accéder à l’enseignement supérieur. Cependant, cette évolution a été critiquée pour avoir conduit à une baisse du niveau de l’examen.

4ème différence : le format de l’examen

Dans les années 50, l’examen du baccalauréat se déroulait entièrement sous forme d’écrits, avec des épreuves qui se tenaient sur plusieurs jours.

 Aujourd’hui, l’examen comprend des épreuves orales, comme les oraux de langues ou les fameux oraux de rattrapage pour les élèves ayant obtenu une note entre 8 sur 20 et 9,99/20.

De plus, avec l’arrivée de la pandémie de Covid-19, le format de l’examen a encore évolué, avec la mise en place de mesures sanitaires strictes et la possibilité de passer certaines épreuves à distance.

5ème différence : débouchés professionnels

Dans les années 50, le baccalauréat était considéré comme un diplôme assez prestigieux et ouvrait la voie à une grande variété de métiers.
Les métiers les plus accessibles aux détenteurs du baccalauréat étaient les professions de l’enseignement, du droit et de la médecine. Cependant, de nombreux autres métiers étaient également accessibles, comme la fonction publique, les métiers de l’ingénierie, les métiers de la finance, etc.

Aujourd’hui, bien que le baccalauréat reste un diplôme important, mais il est devenu de plus en plus courant.
Cela signifie que les débouchés professionnels sont devenus plus concurrentiels et qu’il est souvent nécessaire d’obtenir un diplôme universitaire supplémentaire pour accéder à certains métiers. De plus, avec la mondialisation et l’émergence de nouveaux métiers liés aux technologies de l’information et de la communication, de nouvelles compétences sont nécessaires pour répondre aux besoins du marché du travail. Aujourd’hui, le bac n’est pas un sésame.

6ème différence : l’informatisation de l’examen

Une autre différence majeure entre le baccalauréat d’aujourd’hui et celui des années 50 est l’informatisation de l’examen. Dans les années 50, les épreuves étaient entièrement manuscrites, tandis qu’aujourd’hui, de nombreuses épreuves sont effectuées sur ordinateur.

L’informatisation de l’examen a permis une plus grande rapidité et une plus grande précision dans la correction des épreuves. Cela a également permis la mise en place de nouveaux types d’épreuves, tels que les exercices interactifs et les questionnaires à choix multiples. Toutefois, l’informatisation de l’examen a également soulevé des questions concernant la sécurité des données et de la protection de la vie privée, qui sont des enjeux importants à prendre en compte pour l’avenir de l’examen du baccalauréat.

En somme, le baccalauréat a su évoluer avec son temps et reste aujourd’hui un examen important pour les étudiants français, tout en ayant sa part de traditions et d’histoires insolites qui continuent d’ajouter à son charme.

Pour résumer sur le Bac 

En conclusion, le baccalauréat en France a connu de nombreuses évolutions depuis les années 50, notamment en ce qui concerne la durée de l’examen, le nombre de matières, le niveau de difficulté, les épreuves pratiques et le format de l’examen.

Ces évolutions ont été motivées par des facteurs tels que la massification de l’éducation, la diversification des parcours scolaires et la prise en compte croissante des compétences pratiques dans le monde professionnel et universitaire.

Cependant, malgré ces changements, le baccalauréat demeure un examen emblématique de l’éducation en France, avec une place importante dans la vie des élèves et de la société française mais nettement moins au niveau de la vie active.

On attend vos souvenirs ou autres anecdotes sur le Bac !

 

 
1 commentaire

1 commentaire

  1. Barliet

    24/07/2023 at 12h18

    Dans les années 50 le bac était en 2 parties, une se passait en fin de première et si le candidat était reçu il était autorisé à passer en terminale. A la fin de la terminale on passait la deuxième partie du bac. Pour chaque partie il y avait de épreuves écrites concentrées sur 3 jours. Si le candidat avait la moyenne a lecrit il était admis aux épreuves orales. Si le candidat échouait à l’oral il avait le droit de repasser cet oral à la session de septembre

     

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tendance