Connect with us

A la Une

Ferrari Daytona SP3 : 840 chevaux pour la nouvelle Icona

Publié

le

FERRARI DAYTONA SP3 BD - Vintage
Ferrari vient de dévoiler la nouvelle Ferrari Daytona SP3 “Icona” sur le circuit de Mugello, dans le cadre des Ferrari Finali Mondiali 2021. Un modèle inspiré par les victoires légendaires des prototypes sportifs des années 60.
Ferrrari Daytona SP3 Icona rouge sur circuit

Ferrari Daytona SP3 – Icona

La nouvelle Ferrari Daytona SP3 “Icona” a été dévoilée aux côtés des modèles Monza SP1 et SP2, sur le circuit de Mugello. Une Targa inspirée des modèles sixties en édition limitée à 599 exemplaires et vendue 2 millions d’euros. Prêts à casser votre PEL ? Suivez le guide.

Retour dans les années 60

Le 6 février 1967, Ferrari a réalisé l’un des exploits les plus spectaculaires de toute son histoire en s’emparant des trois premières places aux 24 heures de Daytona, lors de la première manche du championnat international des voitures de sport. Les trois premières voitures à avoir passé le drapeau à damier lors de cette légendaire arrivée au coude à coude sur les terres de Ford furent une 330 P3/4, suivie d’une 330 P4 et d’une 412 P.

Elles représentaient l’apogée du développement de la Ferrari 330 P3, un modèle dont l’ingénieur en chef Mauro Forghieri avait considérablement amélioré chacun des trois éléments fondamentaux des voitures de course : le moteur, le châssis et l’aérodynamique. La 330 P3/4 incarne parfaitement l’esprit des prototypes sportifs des années 1960, une décennie aujourd’hui considérée comme l’âge d’or du closed wheel racing et une référence durable pour des générations d’ingénieurs et de concepteurs.

Ferrari 330 P4 rouge

Ferrari 330 P4

Ferrari 312 P

Ferrari 312 P

Le nom de la nouvelle Icona évoque ce légendaire triplé et rend hommage aux prototypes sportifs Ferrari qui ont aidé la marque à acquérir son statut unique dans le sport automobile. La Daytona SP3, présentée ce 20 novembre sur le circuit du Mugello lors des Ferrari Finali Mondiali 2021, est une édition limitée qui rejoint la série Icona dont les débuts remontent à 2018 avec les Ferrari Monza SP1 et SP2.

Jouant sur les contrastes, le design de la Daytona SP3 alterne des surfaces voluptueuses et sculpturales avec des lignes plus nettes, qui révèlent l’importance croissante de l’aérodynamique dans la conception de voitures de course telles que la 330 P4, la 350 Can-Am et la 512 S.

Le choix audacieux d’une carrosserie « Targa » avec toit rigide amovible a également été inspiré par le monde des prototypes sportifs : ainsi, la Daytona SP3 offre non seulement un plaisir de conduite exaltant, mais aussi des performances exploitables.

D’un point de vue technique, la Daytona SP3 s’inspire des solutions d’ingénierie sophistiquées déjà adoptées lors des compétitions des années 1960 : aujourd’hui comme à l’époque, les performances maximales sont obtenues en travaillant sur les trois domaines fondamentaux mentionnés précédemment.

V12 de 840 chevaux

La Daytona SP3 est équipée d’un V12 à aspiration naturelle, monté à l’arrière, dans le style typique des voitures de course. Incontestablement le plus emblématique de tous les moteurs de Maranello, ce bloc moteur, basé sur celui de 812 Competizione, délivre 840 ch, ce qui en fait le moteur le plus puissant jamais construit par Ferrari, ainsi qu’un couple de 697 Nm et un régime maximal de 9 500 tr/min.

Technologies issues de la F1

Entièrement constitué de matériaux composites, le châssis met à profit des technologies de Formule 1 qui n’ont pas été vues sur une routière depuis la LaFerrari, le dernier bolide de Maranello. Le siège fait partie intégrante du châssis pour réduire le poids et offrir au conducteur une position de conduite similaire à celle d’une voiture de compétition. Enfin, comme pour les voitures qui l’ont inspirée, la recherche et la conception aérodynamiques se sont concentrées sur l’obtention d’une efficacité maximale en utilisant uniquement des solutions aérodynamiques passives.

Ferrari Daytona SP3 Icona avec le toit ouvert

0 à 100 km/h : 2,85 secondes

Grâce à des caractéristiques inédites, telles que des cheminées qui extraient l’air à basse pression du soubassement, la Daytona SP3 est la voiture la plus efficace sur le plan aérodynamique jamais construite par Ferrari sans recourir à des dispositifs aérodynamiques actifs. L’intégration intelligente de ces innovations techniques permet à la voiture d’accélérer de 0 à 100 km/h en 2,85 secondes et de 0 à 200 km/h en seulement 7,4 secondes.

À l’extérieur

Depuis l’arrière du pare-brise enveloppant, l’habitacle de la Daytona SP3 ressemble à un dôme enchâssé dans une sculpture sensuelle, dont les ailes sinueuses émergent audacieusement de chaque côté. L’équilibre général de la voiture est souligné par des volumes monolithiques, qui articulent avec puissance les atouts, prisés de longue date, de la carrosserie italienne à son apogée.

Les ailes avant à double crête sont un clin d’œil à l’élégance sculpturale des anciens prototypes sportifs de Ferrari, comme la 512 S, la 712 Can-Am et la 312 P.

Autre élément clé, les portes papillon intègrent un caisson d’air qui canalise l’air vers les radiateurs latéraux. Les formes sculpturales qui en résultent confèrent aux portes un épaulement marqué, qui abrite la prise d’air et est visuellement lié à la coupe verticale du pare-brise.

L’avant de la Daytona SP3 est dominé par deux ailes imposantes dotées de crêtes extérieures et intérieures. Ces dernières plongent dans deux évents situés sur le capot, conférant aux ailes un aspect plus large.

Ferrari Daytona SP3 Icona
Ferrari Daytona SP3 Icona

À l’intérieur

Le cockpit de la Daytona SP3 s’inspire lui aussi des Ferrari historiques telles que la 330 P3/4, la 312 P et la 350 Can-Am. Partant de l’idée d’un châssis haute performance, les concepteurs ont élaboré un espace raffiné qui offre le confort et la sophistication d’un modèle grand tourisme moderne tout en conservant une approche esthétique plutôt minimaliste.

Le tableau de bord, qui se concentre sur l’essentiel et la fonctionnalité, n’en est pas moins contemporain. L’intérieur de la Daytona SP3 entend offrir au conducteur et au passager un environnement de conduite confortable en s’inspirant des éléments esthétiques typiques des voitures de compétition. L’idée principale était d’élargir visuellement l’habitacle en créant une rupture nette entre la zone du tableau de bord et les deux sièges. Ces derniers s’inscrivent en effet dans une pleine continuité texturale, leur habillage s’étendant jusqu’aux portes et reproduisant la fonctionnalité élégante typique des prototypes sportifs. Ce prolongement de la garniture est également visible sur les seuils lorsque les portes sont ouvertes.

Pour que les conducteurs de la Daytona SP3 se sentent parfaitement en harmonie avec leur voiture, son ingénierie s’inspire largement de l’expertise en ergonomie que Maranello a développée en Formule 1. Grâce à l’intégration des sièges au châssis, la position de conduite est plus basse et plus inclinée que dans les autres Ferrari de la gamme. En réalité, la position est très similaire à celle d’une monoplace. Cela a permis de diminuer le poids et de maintenir la hauteur de la voiture à 1 142 mm, ce qui réduit la traînée. Le pédalier réglable permet à chaque conducteur de trouver la position la plus confortable.

Ferrari Daytona SP3 Icona intérieur bleu

Ferrari Daytona SP3 Icona intérieur - le cockpit

Le volant de la Daytona SP3 est doté de la même interface homme-machine (IHM) que la SF90 Stradale, la Ferrari Roma, la SF90 Spider et la 296 GTB, poursuivant ainsi la philosophie Ferrari : « les mains sur le volant, les yeux sur la route ». Les commandes tactiles permettent au conducteur de contrôler 80 % des fonctions de la Daytona SP3 sans bouger les mains, tandis qu’un écran HD incurvé de 16 pouces relaie instantanément toutes les informations relatives à la conduite.

Le châssis et la carrosserie de la Daytona SP3 sont tous deux constitués uniquement de matériaux composites, une technologie directement issue de la Formule 1 qui offre un excellent rapport poids/rigidité structurelle. Afin d’alléger la voiture au maximum, d’abaisser le centre de gravité et de garantir une architecture compacte, plusieurs composants, tels que la structure du siège, ont été intégrés au châssis.

Le moteur

Pour le moteur, Ferrari a choisi le moteur de la 812 Competizione comme point de départ, mais l’a déplacé en position centrale arrière pour optimiser la disposition de l’admission et de l’échappement ainsi que l’efficacité dynamique des fluides. Le moteur F140HC qui en résulte est le moteur à combustion interne le plus puissant jamais construit par Ferrari. Il délivre 840 ch avec la puissance et la sonorité exaltantes typiques d’un V12 de la marque au cheval cabré.

Célébrer l’histoire de Ferrari

La série Ferrari Icona a été lancée en 2018 avec les Ferrari Monza SP1 et SP2, inspirées des barchetta de compétition des années 1950 qui ont contribué à donner à la marque son statut légendaire en sport automobile à travers de nombreuses victoires prestigieuses.

La série Icona célèbre l’histoire de Ferrari en réinterprétant le style intemporel des voitures les plus emblématiques de la marque pour un effet radicalement moderne qui utilise les matériaux et les technologies les plus innovants. L’inspiration puisée dans un moment particulier de l’histoire, qui est au cœur du concept Icona, va bien au-delà de la simple réutilisation des éléments esthétiques du passé. L’objectif est plutôt de distiller l’essence même d’une époque et d’en faire un tremplin pour créer de nouveaux concepts, eux-mêmes suffisamment uniques pour devenir les icônes des générations futures.

Crédit photo : Ferrari©
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance