Connect with us

Voyage

Sea To Sky : enduro et tourisme en Turquie

Publié

le

UNE - Vintage
Le SEA TO SKY est une compétition d’enduro qui se déroule chaque année en Turquie sur une durée de 4 jours. Nous étions présents sur l’édition 2022 qui s’est tenue le mois dernier entre mer et montagne, l’occasion de découvrir la Turquie et cet événement motard exceptionnel.

UNE - Vintage

Située aux confins de l’Asie et de l’Europe, la Turquie est la 6ème destination touristique mondiale avec plus de 35 millions de visiteurs chaque année. Entre zones balnéaires, sites archéologiques, paysages variés et météo clémente (hiver doux, été chaud et sec) toute l’année, elle attire de nombreux touristes en quête de soleil et de découvertes.

De la mer au ciel

Nous l’avons parcourue le mois dernier à l’occasion de la compétition de moto SEA TO SKY, où 400 participants venus du monde entier venaient user leurs pneus sur un des plus beaux terrains au monde. Âgés de 14 à 60 ans, les motards affichent des niveaux différents et se mêlent aux grands noms de l’enduro. Mais ils partagent tous la même passion, celle de la moto et de l’aventure extrême.

Départ sur la plage

Le SEA TO SKY (organisé avec RED BULL) comporte différentes épreuves, dont la première consiste à évaluer le niveau des pilotes en place. Une fois les groupes constitués par niveau, la course de plage débute à Camyuva Beach, sur la côte sud du pays. Une épreuve impressionnante où l’on voit débouler à pleine puissance les dizaines d’engagés sur le sable, dans une symphonie de moteurs hurlants sous le plein soleil.

Forêt et montagne

Le lendemain, c’est le tour de la course en forêt qui s’étale sur 4 heures où les pilotes doivent réaliser le meilleur chrono sur des chemins de terre, entre les pins rouges et les cailloux qui jonchent le circuit. Et la compétition se termine le 4ème jour, au sommet de la montage Olympos, 20ème mont à porter ce nom dans le monde. Un final qui s’est déroulé sous un ciel bleu éclatant où les couleurs des machines tranchaient radicalement avec celles des arbres et de la terre.

Haut de 2 365 mètres le mont Olympos (Olympe) est accessible par un téléphérique, considéré comme le plus long de Turquie. S’étirant sur 4 350 mètres, ce téléphérique survole de magnifiques forêts de pins et les nombreuses falaises rocheuses qui constituent le paysage. La vue au sommet est simplement magnifique en dévoilant les eaux turquoise de la mer Méditerranée.

4H30 plus escale

Pour se rendre de Paris à Antalya, ville agréable et animée proche de Camyuva, pas de vol direct. Il faut prévoir une escale à Istanbul, d’où partira un vol pour Antalya. Le voyage entre Paris et Istanbul dure 3H30, comptez une heure de plus entre Istanbul et Antalya, sur la côte la plus touristique du pays. Une fois à Antalya, 700 km de côte s’offrent à vous, bétonnée de 5 000 hôtels aux formules “all include” le long de la péninsule d’Antalya. Une zone où se côtoient chaque année un peu plus de 15 millions de touristes.

En famille …

Les hôtels sont majoritairement de grands complexes à l’architecture parfois très (trop) bling-bling, comme ce resort d’un blanc immaculé surmonté de chevaux dorés géants, mais il en existe d’autres à taille plus humaine et au style plus discret, cachés derrière des palmiers. Nous sommes descendus au Limak Limra Hotel & Resort d’Antalya, un grand ensemble où l’intérieur est plus clinquant que la façade, qui se veut assez modeste. Formé de bâtiments en escalier qui descendent vers la plage, le Limak dispose de plusieurs bars et salles de restaurant. L’avantage est qu’il propose des plats régionaux sous formes de buffets bien garnis où vous pourrez vous servir à loisir. La pâtisserie est locale, comme les fruits et légumes, ce qui permet de découvrir les saveurs turques sans sortir de l’hôtel, pour les plus casaniers.

De nombreuses piscines et SPA sont à la disposition des touristes, ainsi qu’un accès à la plage où votre transat vous attendra. Les chambres sont suffisamment grandes, bien insonorisées, avec terrasse et disposent d’une excellente literie, ainsi qu’un mini-bar, un coffre et la climatisation. L’ensemble est très agréable, tout confort et pour les plus fêtards, il propose une soirée animée tous les jours, sur une thématique à chaque fois changeante.

… ou proche de la nature

La clientèle est essentiellement familiale et donc un peu bruyante quand il s’agit de dîner au restaurant. Pour ceux qui recherchent davantage d’authenticité et de tranquillité, nous conseillons de vous rendre à Olympos, beaucoup plus sauvage, avec de nombreuses chambres à louer en pensions équipées de piscine. C’est un village fait de constructions de bois (le béton y est interdit, ce qui est une excellente initiative) qui se mêlent à la verdure. De nombreux hippies aiment s’y rendre, ou les amoureux de la nature en quête d’authenticité. Vous y trouverez de nombreux restaurants pleins de charme, plantés au milieu des arbres.

Archéologie et shopping

À l’extrémité d’Olympos, vous pourrez visiter les ruines de l’Ancient City. Un lieu gorgé d’histoire qui mérite le détour et devrait plaire aux amateurs d’archéologie.
Celles et ceux qui préfèrent la ville, les commerces et les promenades bordées de palmiers pourront se rendre à Kemer. Une ville faite de belles maisons colorées et de nombreux restaurants où vous pourrez vous sustenter à bas prix. Vous y mangerez bien, en terrasse, pour un budget de 6 à 9 euros boisson comprise.

Avec un salaire moyen qui tourne autour de 312 euros, les Turcs ne peuvent malheureusement pas accéder aux complexes hôteliers et restaurants de la côte sud, qui reste une zone très peu chère pour les touristes étrangers. Ces derniers sont essentiellement russes, allemands, iraniens et français.

Climat agréable

À la mi-octobre, nous avons eu un beau ciel bleu et plein soleil durant toute la semaine, avec une température moyenne de 26°, ce qui est très agréable quand on sort de la grisaille parisienne. Côté tarifs, les premiers prix débutent à 400 euros la semaine (hôtel et vol aller/retour inclus) et l’on trouve des formules all includes à partir de 600 euros la semaine. Comme la Grèce ou le Portugal, la vie sur place n’est pas chère du tout, ce qui permet de se lâcher un peu sans plomber le budget.

Crédit photo & vidéo : Philippe Pillon© pour MONSIEUR VINTAGE
 
Je souhaite écrire un commentaire !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Tendance